Par un vent de secteur ouest établi à 28 nœuds, Alain Thébault et son équipage ont su exploiter pleinement le potentiel du trimaran volant pour décrocher le titre d’engin à voile le plus rapide de la planète*. Avec une pointe à 55,5 nœuds (103 km/h) et une vitesse moyenne de 51,36 nœuds, l’Hydroptère entre aujourd’hui dans l’histoire de la voile.

Après les tentatives de fin 2008, une seule journée de reprise aura suffi en 2009 pour qu’Alain Thébault et son équipage dévoilent le nouveau potentiel de l’Hydroptère et décrochent ce record.

«L’équipage a été impérial aujourd’hui sur ce fantastique record, véritable illustration d’une œuvre collective, celle d’un pack Hydroptérien soudé et déterminé, explique Alain Thébault. Les envolées à plus de 100 km/h (pointe à 55,7 nœuds) génèrent à bord des poussées d’adrénaline comme nous n’en n’avions jamais vécues.»

«N’oublions pas que ce record est avant tout une aventure technologique et un travail d’équipe qui n’aurait jamais été possible sans le soutien de nos partenaires» a ajouté Alain Thébault. «C’est notamment grâce à mon partenariat avec Thierry Lombard, Associé - gérant de la Maison de Banquiers Privés à Genève (dont l’année de création 1796 est inscrite dans la grand-voile) que l’Hydroptère dispose du soutien d’un  «Partenaire Principal» depuis 2005, que nous nous sommes lancés à la conquête des ces records et avons pu les battre ».

Thierry Lombard est également à l’origine du partenariat avec l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). La haute école helvétique apporte son concours dans des domaines de pointe tels que l’aéro-hydrodynamique, les matériaux composites, le comportement structurel et le vidéoimaging. Aujourd’hui «Conseiller Scientifique Officiel de l’Hydroptère», l’EPFL met le savoir de ses professeurs et étudiants, sa créativité et sa puissance de calcul au service du trimaran volant.