Lucas Braathen aime Sölden, le glacier de Rettenbach et la neige si particulière sur laquelle se déroule le slalom géant qui ouvre traditionnellement la Coupe du monde de ski alpin à la mi-octobre. L’an dernier, le prodige norvégien s’était classé sixième après s’être élancé avec le terrible dossard numéro 40. Ce dimanche, il a fait encore mieux en décrochant sa première victoire sur le circuit, à seulement 20 ans.

Juste derrière lui, un autre grand espoir de la discipline, le Nidwaldien Marco Odermatt (23 ans) à cinq centièmes, et un peu plus loin un autre Suisse, Gino Caviezel. Le tenant du globe de cristal de la spécialité Henrik Kristoffersen? Cinquième à plus d’une demi-seconde. Le Français Alexis Pinturault? Quatrième. Les Zan Kranjec, Tommy Ford, Filip Zubcic? Tous déclassés par deux skieurs au talent certes unanimement reconnu mais encore considérés comme appartenant à la relève.