Le signe ne peut pas tromper: jamais une délégation suisse à une grande compétition de natation n'a été aussi nombreuse. Dès ce jeudi, et jusqu'au 1er août, ils seront 14 nageurs à participer aux championnats d'Europe à Istanbul. Parmi eux, trois Romands – Karel Novy (Vevey Natation), Philippe Meyer (Genève Natation) et la Lausannoise Sandrine Paquier (SC Uster) – et deux sérieux candidats à une médaille: Flavia Rigamonti (Atlantide Agno) et Remo Lütolf (SC Uster).

Depuis l'époque dorée des Halsall, Armentero, Volery, Dagon et autre Ferland, dans les années 80, on n'avait jamais vu ça. La natation suisse se traînait en queue de classement européen. «Les clubs ont de la peine à trouver des piscines pour s'entraîner, les jeunes ne sont pas motivés, déplorait en 1996 la directrice technique des compétitions suisses, Nadine Gilg. La natation manque aussi d'impact médiatique.» Puis est arrivée une génération spontanée, comme dans le football suisse sous l'ère Hodgson. «Une génération talentueuse, et qui a accepté de s'entraîner dur», constate Christophe Pellandini, l'entraîneur de Flavia Rigamonti. Résultat: Rigamonti (18 ans), championne d'Europe juniors en 1997 sur 800 m libre, a remporté le titre européen chez les seniors en 1998 et le bronze aux Mondiaux en petit bassin cette année à Hongkong. Remo Lütolf (19 ans), champion d'Europe juniors en 1996 sur 100 m brasse, a terminé troisième sur 50 m brasse à Hongkong. Le quatuor Nicole Zahnd-Dominique Diezi-Caroline Steffen-Sandrine Paquier a terminé cinquième à Hongkong sur 4 x 100 m libre. Karel Novy a décroché une médaille d'argent aux championnats d'Europe juniors l'an dernier. Et l'effet d'aspiration est perceptible, sur les plus jeunes comme sur les médias et les sponsors. Pour la première fois de son histoire, la Fédération suisse de natation a ainsi déniché en mars dernier un sponsor – les assurances Helsana – d'accord de verser plus de 200 000 francs par année, dont la moitié ira à la formation de la relève.

A une année des Jeux olympiques de Sydney, où la natation fera à nouveau partie des sports les plus médiatisés, voilà de quoi augurer d'un bel avenir.