Au début du mois de septembre, les clubs suisses professionnels de football et de hockey sur glace obtenaient le droit de remplir stades et patinoires aux deux tiers de leur capacité. A ce moment, la situation sanitaire restait sérieuse mais semblait maîtrisée, et certains dirigeants n’hésitaient pas à dire que pour vraiment sortir de la crise, ils auraient besoin de plus de spectateurs. Un mois et demi plus tard, il faut se rendre à l’évidence: le sport n’est pas près de retrouver sa normalité prospère.

Lire aussi: Le masque s’impose dans les lieux publics fermés