Novak Djokovic a remporté pour la troisième fois de suite le Masters 1000 d'Indian Wells (Etats-Unis), dimanche 20 mars.

Lire aussi:  Novak Djokovic, une machine à gagner

Djokovic a dominé le Canadien Milos Raonic 6-2, 6-0 pour signer sa cinquième victoire dans le tournoi californien.

Une finale expéditive, «Djoko» au meilleur de sa forme

Malmené par Jo-Wilfried Tsonga en quarts de finale - 7-6 (7/2), 7-6 (7/2) - puis par Rafael Nadal en demi-finales - 7-6 (7/5), 6-2 -, Djokovic n'a laissé cette fois que deux petits jeux à son adversaire canadien (6-2, 6-0) en une heure et 17 minutes de jeu, soit l'une des finales les plus expéditives de l'histoire du tournoi.

Milos Raonic, paralysé par l'enjeu, n'a jamais mis en danger le Serbe, de retour à un niveau étincelant (quatre fautes directes, contre 27 à Raonic) après une semaine californienne où il a alterné le bon et le moins bon.

«Je suis très content d'avoir réussi à hausser le niveau de mon jeu au fil du tournoi», a noté «Djoko», qui disputait sa 18e finale sur ses 19 derniers tournois.

Lire aussi: Novak Djokovic, athlète global au contrôle total

«Je sais comment aborder ces grands matches, j'ai ma routine et j'arrive à me mettre dans l'état d'esprit qui me permet de gagner», a-t-il souligné.

C'est ce qui sépare encore Milos Raonic des meilleurs mondiaux: le Canadien, 14e mondial, a perdu à 25 ans sa troisième finale d'un Masters 1000 et attend toujours de remporter un titre prestigieux.

Et si Novak Djokovic a réussi un match plein, Milos Raonic n'a pas eu grand chose à lui opposer.

Un adversaire affaibli 

«Après quelques jeux, j'ai ressenti une douleur, j'espère juste que cela n'a rien à voir avec la précédente blessure», a espéré Milos Raonic, sans vouloir donner plus de détails. «Mais cela ne m'a pas affecté plus que cela, il a beaucoup mieux joué que moi».

Le puissant Canadien faisait à Indian Wells son retour sur le circuit après avoir été perturbé, depuis l'Open d'Australie où il avait atteint le dernier carré, par une blessure aux adducteurs.

«Il y a beaucoup de points positifs à retenir de cette semaine, même si je suis très déçu pour le moment. Il y a encore deux semaines, je ne pouvais pas faire de mouvements latéraux, je ne pouvais pas jouer, donc atteindre la finale d'un des tournois les plus importants de l'année est très positif», a-t-il insisté.

Lire aussi: A Indian Wells, Federer cède devant un Djokovic en pleine forme

Avec ce nouveau sacre à Indian Wells, Djokovic continue à 28 ans d'affoler les statistiques: il a remporté son 62e titre, son 27e dans un Masters 1000, égalant ainsi Rafael Nadal, qui comptait jusque-là le plus de succès dans cette catégorie de tournois. 

Il est aussi entré dans l'histoire du tournoi en devenant le premier à s'y imposer cinq fois (2008, 2011, 2014, 2015, 2016) et tentera, comme en 2011, 2014 et 2015, de réaliser à partir de jeudi le doublé Indian Wells/Miami (Etats-Unis) la même année.

En Floride, toutefois, il pourrait croiser la route de Roger Federer, qui fera son retour sur le circuit après un mois et demi d'absence en raison d'une blessure à un genou et qui semble être le seul à pouvoir le perturber en ce moment.