Tennis

Novak Djokovic veut marcher seul sur le chemin de sa rédemption

Après Boris Becker, le Serbe se sépare de son entraîneur historique Marjan Vajda. Il restera seul quelques semaines

«On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait en s'en allant.» On ne sait pas si Novak Djokovic aime Jacques Prévert. On ne sait pas non plus s'il aime encore le tennis. Ah vrai dire, on ne sait plus grand chose à propos de celui qui, il y a un an à peine, dominait encore le tennis mondial.

Aujourd'hui, le Serbe ne domine personne et ne contrôle plus grand chose. Peut-être connaît-il Cocteau: «Puisque ces mystères nous dépasse, feignons d'en être l'organisateur.» Djokovic a donc décidé de tout changer. Vendredi, il a annoncé par communiqué qu'il se séparait de trois membres de son staff: son préparateur physique Gebhard Phil-Gritsch, son kiné Miljan Amanovic et surtout son entraîneur Marian Vajda, qui était à ses côtés depuis 2006.

«Novak et les membres de son staff ont décidé de se séparer après une analyse détaillée de son jeu, des résultats obtenus et après avoir discuté des projets personnels de chaque membre de l'équipe, assure le communiqué. Malgré leur collaboration fantastique, Djokovic a estimé qu'il avait besoin de changement et d'introduire une nouvelle énergie afin d'augmenter son niveau de jeu.» Soit.

Les mots durs de Becker

En fin de saison 2016, Novak Djokovic avait déjà mis fin au contrat de Boris Becker. Une collaboration de trois ans couronnée de succès (six titres du Grand Chelem et trois finales durant cette période) mais achevée dans l'amertume. Depuis, Becker a la dent dure avec son ex-joueur. «Il n'a pas passé autant de temps sur les courts qu'il aurait dû», lançait-il en décembre. «Il n'a jamais pris l'initiative, il ne s'est pas vraiment battu», s'étonnait-il en janvier, après la surprenante élimination de Novak Djokovic au deuxième tour de l'Open d'Australie par l'Ouzbek Denis Istomin (117e mondial).

A trois semaines du début de Roland-Garros, dont il est le tenant du titre, le numéro 2 mondial restera seul sur le circuit ATP «pendant un certain temps». Une expérience inédite, à rebours des habitudes des meilleurs joueurs mondiaux, mais l'essentiel pour Novak Djokovic est de retrouver des sensations. Quitte à se perdre. «Je veux trouver un moyen de revenir au sommet, plus fort et plus résistant. J'ai confiance en ce processus et c'est pourquoi je prendrai le temps de trouver la bonne personne.» Cette saison 2017 est décidément celle de toutes les surprises.

Publicité