Le prochain Mondial démarrera en fanfare et presque en famille pour l'équipe de France, qui disputera son premier match contre le Sénégal à Séoul, le 31 mai 2002. Cette tête d'affiche inaugurale entre les Bleus et une équipe africaine largement composée de joueurs évoluant dans l'Hexagone, sera l'un des moments forts de la compétition dont le tirage au sort a été effectué samedi, dans le grand port sud-coréen de Busan, par une douzaine de vedettes du foot dont Pelé, Michel Platini, Johann Cruyff et Roger Milla.

Tête de série du groupe A qui jouera son premier tour en Corée du Sud, la France trouvera en face d'elle, outre le «onze» sénégalais dans le rôle de «l'élève face au maître», le Danemark, qu'elle connaît bien et a souvent dominé dans le passé, et l'Uruguay, qu'elle a toutes les raisons de redouter. Le cocktail le plus explosif de juin 2002 sera toutefois celui du groupe F qui, au Japon, mettra aux prises la tête de série Argentine à l'Angleterre, au Nigeria et à la Suède. Sitôt connu, le tirage de ce groupe «de la mort», surnommé «zone de danger immédiat» ou «peloton d'exécution», a déclenché les vivats des trois mille invités présents dans le Centre de convention de Busan.

Le grand rescapé de cette loterie footballistique (voir le détail des groupes ci-dessous) est sans conteste le Brésil. Malgré leur méforme actuelle, les quadruples champions du monde ne devraient pas peiner à s'imposer dans le groupe C face à la Turquie, au Costa Rica et au nouveau venu le plus célèbre d'Asie, la République populaire de Chine.

L'Allemagne (opposée entre autres au Cameroun), l'Espagne (qui bataillera contre le Paraguay) et l'Italie (confrontée à la Croatie, demi-finaliste en 1998) sortent moins bien loties, mais disposent sur le papier de très bonnes chances d'accéder au second tour sans trop de casse. La tâche sera en revanche beaucoup moins facile pour les deux pays hôtes, promus têtes de série et bien décidés à arracher une qualification historique en huitièmes de finale. Le groupe D de la Corée du Sud sera périlleux, avec deux adversaires de poids: la Pologne et l'ambitieux Portugal de Luis Figo, plus un outsider, les Etats-Unis. Le groupe H du Japon est a priori plus ouvert, vu les bons résultats récents du team nippon, confronté à la Belgique, la Russie et la Tunisie. La Corée et le Japon miseront à fond sur l'avantage que constitue le fait de jouer à domicile: «Nous avons voulu cette Coupe du monde. Nous avons travaillé dur pour être prêts. C'est maintenant que tout se joue», avouait à la sortie du tirage le coach francais du Japon, Philippe Troussier.

Donnés favoris du prochain Mondial avec l'Argentine, les Français débarqueront à Séoul avec deux obsessions: ne pas se laisser surprendre au premier tour et s'économiser pour le second. S'ils arrivent en tête de leur groupe, les Bleus se retrouveront opposés au deuxième du terrible «groupe de l'enfer», qui pourrait être en théorie l'Angleterre. «Ceux qui sortiront de ce groupe F seront fatigués, mais gonflés à bloc», remarque Michel Platini. «Après s'être battus comme des lions, ils auront un moral d'acier.» D'autant que les Français devront, avant ce choc, prendre garde aux faux pas, selon le sélectionneur Roger Lemerre: «Les matches d'ouverture sont toujours difficiles à négocier. Celui contre le Sénégal sera en plus très symbolique pour ce pays, qualifié pour la première fois. Leur sélectionneur est français. Leurs joueurs nous connaissent par cœur.» Bruno Metsu, le coach sénégalais, renchérit: «Jouer ainsi contre la France est un honneur exceptionnel, un merveilleux cadeau.»

L'un des défis, d'après Michel Platini, sera d'éviter l'usure physique contre un Danemark à la portée des Bleus mais toujours solide, et l'Uruguay, méconnu et réputé pour la virilité de son jeu: «France - Uruguay risque d'être un match à cartons. Il faudra faire gaffe.» L'adversaire sud-américain de la France va retenir toute l'attention des champions du monde: «J'ai toujours dit que l'Angleterre avait inventé le football et que le Brésil l'avait réinventé, poursuit Roger Lemerre. L'Uruguay a remporté deux Coupes, 1930 et 1950. Nous retrouvons ce football latino-américain que nous ne connaissons pas très bien. Leur culture du football est bien plus forte qu'en Arabie saoudite» (ndlr: adversaire de la France au premier tour en 1998).

Place maintenant, pour les 32 équipes qualifiées, aux préparatifs et à l'espionnage des futurs adversaires. Symbole du vrai départ pris par le Mondial 2002, le président de la Fédération française de foot, Claude Simonet, a remis lors de la cérémonie, juste avant le tirage au sort, le précieux trophée aux deux pays coorganisateurs. Symbole aussi du démarrage de la compétition, les équipes ont accéléré leurs pourparlers, samedi, avec les villes coréennes et japonaises en lice pour accueillir leurs camps d'entraînement.

Les Etats-Unis joueront leur premier tour en Corée contre le pays hôte. Ils pourraient exiger une protection spéciale de la part des 37 000 soldats américains stationnés en permanence au sud de la péninsule.