De face, il présente un visage plutôt fin, peu marqué, la proéminence de la mâchoire masquée par un collier de barbe plus ou moins long, selon qu’il combat ou non. Il faut voir Khabib Nurmagomedov de profil pour prendre la mesure du phénomène: tout ce qui est saillant – nez, pommettes, arcades – est érodé, arrondi, martelé comme s’il s’agissait d’un bronze. C’est une tête sculptée, comme il y a des corps sculptés. Par les coups, la sueur et le sacrifice.

Lire aussi: La lutte, tellement ringarde mais terriblement efficace