La Fédération française de tennis (FFT) est en passe de réussir son pari: déprogrammé fin mai en pleine crise sanitaire, son tournoi de Roland-Garros va finalement se disputer à partir de dimanche (jusqu’au 11 octobre), malgré la pluie, le froid, la reprise des cas de Covid-19 et une jauge de spectateurs sans cesse revue à la baisse. Emmanuel Bayle, professeur de gestion à l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne, explique les enjeux économiques derrière cette obstination, pour la fédération mais aussi pour les joueurs.

Le Temps: Les organisateurs de Roland-Garros s’attendent à des recettes en baisse de 50% et à des pertes estimées entre 20 et 40 millions d’euros. Pourquoi maintenir le tournoi?