Sport

On Running: Courir sur un nuage

La marque de baskets zurichoise On Running connaît depuis 2010 un succès fulgurant chez les sportifs. Avec son esthétique minimaliste et des matériaux innovants, elle s’invite désormais dans tous les vestiaires

«Pourquoi dit-on jouer au football, jouer au hockey, mais jamais jouer à la course à pied?» En créant la marque de baskets On Running, Olivier Bernhard s’est fixé comme objectif de rendre le jogging amusant et indolore (du moins pour les pieds, le remède miracle aux courbatures restant à inventer). Pour ce double champion mondial de duathlon longue distance, six fois vainqueur de l’Ironman, courir semblait être un jeu d’enfant. Pourtant, à cause d’une inflammation des tendons d’Achille, l’athlète Suisse était constamment en quête de LA paire de chaussures qui l’empêcherait de souffrir. A l’aide d’un ingénieur de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, il décide en 2005 de provoquer le destin: «Je recherchais toujours cette sensation de liberté, comme quand je courrais quand j’étais petit. L’ingénieur m’a fait essayer cette nouvelle technologie, j’ai couru avec les prototypes. Au bout de six semaines, je n’avais plus mal aux tendons.»

Technologie 2.0

Après avoir racheté le brevet, Olivier Bernhard fonde la marque On Running en 2010 avec deux autres passionnés de course, Caspar Coppetti et David Allemann. Aucun n’avait d’expérience dans la vente ou la production de matériel, mais les trois amis partageaient ce pari fou d’aider les coureurs à faire du sport en tout confort.

«Dès que David avait des doutes sur notre projet, il allait courir quelques kilomètres et il savait alors qu’il avait fait le bon choix», se souvient Olivier Bernhard. Si les baskets On Running était au départ destinées aux coureurs expérimentés, la marque a petit à petit séduit les moins sportifs, des célébrités (comme John Malkovich) aux personnes âgées. «On s’est rendu compte que le modèle Cloud avait beaucoup de succès auprès des plus vieux, parce qu’ils n’ont pas besoin de nouer leurs lacets!» observe amusé Caspar Coppetti.

La Cloud est le produit phare de la marque zurichoise. Comme toutes les autres baskets On, elle dispose d’une technologie avancée sous la forme de petits coussinets fixés à sa semelle. Nommés «clouds» pour leur ressemblance avec des nuages, ces amortisseurs révolutionnent les sensations des coureurs. Quand on les enfile, même sans courir, ils agissent comme les balles de massage chinoises utilisées en réflexologie. «Ils appuient sur la voute plantaire, ce qui réveille le corps comme un bouton on/off. C’est de là que vient le nom de la marque On Running», explique Caspar Coppetti.

De la tête aux pieds

Les trois fondateurs ne se sont pas contentés de cette technologie high-tech, l’esthétique joue un rôle considérable dans le succès de leurs produits. En 2010, avant On Running, Caspar Coppetti se souvient de chaussures de course qui ressemblaient à «des voitures de sport japonaises tunées», bien loin du design élégant et minimaliste de la marque suisse. «Ce n’est pas parce que ce sont des produits techniques qu’ils doivent être laids, estime le cofondateur. On Running est à la basket ce qu’Apple est à l’informatique: beau et technologique.» La marque dispose de quinze stylistes qui s’inspirent de la mode et l’adaptent aux besoins des coureurs.

Depuis quelques années, l’entreprise s’est également lancée dans la production de vêtements de sport, tout aussi techniques et esthétiques que les chaussures. La qualité est toujours au rendez-vous du côté des matériaux et certains équipements promettent même du 2 en 1, comme le short hybride pour hommes. Grâce à un zip discret, il passe de short de course à maillot de bain en un tour de main. Les champions olympiques comme les sportifs du dimanche peuvent désormais courir en On, de la tête aux pieds.

Publicité