Belinda Bencic portait le dernier espoir de faire exister le tennis suisse en deuxième semaine de l’Open d’Australie. Il s’est doucement dissipé dans le ciel d’un Etat de Victoria reconfiné ce samedi, alors que la Saint-Galloise de 23 ans subissait le jeu de la Belge Elise Mertens sans jamais parvenir à trouver son rythme (6-2 6-3). Le tournoi s’arrête pour elle au troisième tour.

Lire aussi: A l’Open d’Australie, une vallée de larmes

Ses compatriotes n’avaient même pas été aussi loin. Issu des qualifications, Henri Laaksonen a été éliminé d’entrée. Stan Wawrinka s’est incliné lors de son deuxième match après un marathon spectaculaire contre le Hongrois Marton Fucsovics. Dans le tableau féminin, Jil Teichmann a opposé une résistance courageuse mais insuffisante face à l’Américaine Cori Gauff au premier tour. Le tennis suisse suivra la suite de la première levée du Grand Chelem de l’année à la télévision, comme Roger Federer, demi-finaliste en 2020 qui avait renoncé à participer…

Lire aussi: L’Open d’Australie se remet sous cloche

Pour Belinda Bencic, le déplacement n’aura toutefois pas été vain. La jeune femme reste sur une année tourmentée non seulement par la crise pandémique, mais aussi par une blessure à un bras. Après son élimination en quarts de finale du Qatar Open en février dernier, elle n’avait disputé qu’un seul tournoi avant de voler vers l’Australie, et pas gagné le moindre match. Ses succès à Melbourne contre Lauren Davis (WTA 80) puis Svetlana Kuznetsova (WTA 37) la replacent donc dans une dynamique un peu plus positive.