Tennis

A Palexpo, l’écosystème Federer

La troisième édition de la Laver Cup s’ouvre vendredi à Genève. Le plateau est somptueux, les moyens colossaux, mais l’équilibre financier de l’épreuve paraît fragile. Et très dépendant de Roger Federer, autour duquel tout tourne

Peu de stars du sport auront autant fait d’efforts pour mettre les autres en avant que Roger Federer. La Laver Cup, dont il est l’inspirateur et l’un des organisateurs, ne s’appelle pas la Federer Cup. Elle rend hommage aux grands anciens, Rod Laver mais aussi Björn Borg et John McEnroe, les capitaines des équipes Europe et Monde. Le Bâlois a beaucoup insisté, et même pris certaines dispositions (repas collectifs obligatoires, entourages tenus à distance) pour que soient mises en avant les notions d’équipe et de collectif. Mais plus Roger Federer s’efface et plus il apparaît comme incontournable. Plus il parle de partage et plus tout ramène à lui.

Lire également: Combien de temps, de la Cup aux lèvres?