Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pascal Mancini ne participera pas au relais 4x100 mètres des championnats d'Europe d'athlétisme.
© MARCEL BIERI

Athlétisme

Pascal Mancini privé de licence pour ses «contributions d’extrême droite»

Le sprinter d’Estavayer-le-Lac ne participera pas aux championnats d’Europe de Berlin. La fédération Swiss Athletics lui reproche ses publications controversées sur les réseaux sociaux, violant une convention qu’il avait signée

Le 15 juillet dernier, Pascal Mancini publiait sur son profil Facebook une photo de lui en train de courir son tout premier relais alors qu’il était âgé de 13 ans, en 2002, avec ce message pour mesurer le chemin parcouru: «Le 12 août 2018, je courrai avec l’équipe de Suisse de relais 4x100 mètres aux championnats d’Europe à Berlin dans le Stade olympique.»

Finalement, ce ne sera pas le cas. La fédération Swiss Athletics a décidé d’exclure le sprinter d’Estavayer-le-Lac de la sélection helvétique et de lui retirer sa licence «avec effet immédiat» et «jusqu’à nouvel avis», soit le temps d’une «procédure disciplinaire» ouverte à son encontre. Et la raison de ces sanctions se trouve une nouvelle fois sur les réseaux sociaux.

«Pascal Mancini a récemment publié des contributions controversées avec des idées d’extrême droite sur sa page Facebook, violant à la fois la convention signée avec Swiss Athletics et la charte éthique de la fédération», explique cette dernière dans un communiqué transmis dans la nuit de mardi à mercredi. En signant cette convention, le sportif s’était engagé à s’abstenir de publier des contributions discriminatoires ou racistes dans le cadre de l’athlétisme.

L’affaire a commencé dimanche, lorsque l’édition dominicale du Blick soulignait que le sprinter de 29 ans avait publié une vidéo d’une horde de singes après la victoire de l’équipe de France à la Coupe du monde de football, sans la commenter lui-même, mais sans intervenir non plus à l’encontre de ceux qui intervenaient avec des propos racistes, du type «l’équipe de France et ses amis», rapportait le journal.

Contexte chargé

Depuis cet article, la polémique enfle. Elle s’inscrit dans un contexte sensible, nourri par tous ceux qui ont voulu voir «une victoire de l’Afrique» dans le sacre des Bleus en Russie, ainsi que par la mésaventure de l’athlète italienne d’origine nigériane Daisy Osakue, blessée à un œil dimanche soir à Turin après avoir reçu un œuf lancé depuis une voiture. La spécialiste du lancer du disque risque de ne pas pouvoir participer aux championnats d’Europe de Berlin, qui commencent jeudi.

Lundi soir, quand Swiss Athletics a publié la liste des sportifs sélectionnés pour l’événement, Pascal Mancini apparaissait en lice pour le 100 mètres individuel, mais il était évincé du relais. Contacté par l’agence de presse ATS, le chef de la communication de Swiss Athletics Beat Freihofer n’a pas nié le lien entre cette décision et la tempête consécutive à l’article du Blick: «De tels remous n’aideront pas l’équipe à se préparer sereinement à Berlin.» Dans un second temps, la fédération a décidé purement et simplement de priver le sprinter des championnats d’Europe, évoquant son engagement pour un sport «fair-play et respectueux».

Ce n’est pas la première fois que Pascal Mancini est rattrapé par la polémique à propos de ses opinions politiques, tantôt qualifiées de «racistes», de «fascistes» ou d’«extrême droite», des termes que l’intéressé réfute dans les interviews qu’il accorde. En 2014, il avait fait parler de lui en reproduisant sur la ligne d’arrivée du 100 mètres des championnats de Suisse puis des championnats d’Europe le geste de la «quenelle», symbole d’allégeance à l’humoriste controversé Dieudonné, condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine et propos antisémites.

A ce propos: Le Tribunal fédéral confirme la condamnation du geste de la «quenelle» devant une synagogue

Il y avait déjà eu un blâme

«Partout, on répète dans les grands médias que Dieudonné est antisémite ou raciste, moi, j’ai voulu comprendre… Je me suis plongé pendant des centaines d’heures dans tout le mouvement de la dissidence, dont Dieudonné est un représentant, et j’ai acquis la certitude qu’il n’y avait rien de raciste, ni de fasciste dans toute cette mouvance», se justifiait-il à l’époque dans La Liberté.

Ses gestes lui avaient valu un blâme de la part de Swiss Athletics, et Pascal Mancini avait signé un engagement à ne plus adopter de comportements «tendancieux», a révélé la Neue Zürcher Zeitung. Mais ses activités sur les réseaux sociaux continuent de témoigner de liens avec la mouvance de l’extrême droite sur internet. Un temps proche d’Egalité et Réconciliation, le mouvement d’Alain Soral, il s’en est distancié en janvier 2017 – via une longue intervention filmée publiée sur sa page YouTube – pour prendre parti pour Daniel Conversano, un suprémaciste blanc également actif sur le site de partage de vidéos, dans la querelle qui opposait les deux hommes. «Le comité central estime que les manquements de l’athlète en lien avec ses idées ne peuvent être tolérés», souligne la fédération dans son communiqué.

Sa réaction: «Les médias veulent me détruire»

«Bravo au journaliste qui a bien réussi son coup. […] Je suis très triste de ne pas courir le relais. Nous avions un énorme potentiel», a réagi sur sa page Facebook Pascal Mancini après l’annonce de sa non-sélection. Plus tard mardi, il a lancé une campagne de financement participatif, accompagnée d’un nouveau message: «Les médias veulent me détruire en m’empêchant de courir afin que je ne puisse plus vivre de mon sport et donc arrêter ma carrière sportive à cause de mes opinions.»


Cet article a été mis à jour mercredi 1er août suite à l’annonce par Swiss Athletics de l’exclusion de Pascal Mancini pour les championnats d’Europe et du retrait de sa licence.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL