Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
A Servette, Paula Serrano est semi-professionnelle.
© Olivier Vogelsan pour Le Temps ©

Football

Paula Serrano, figure de proue du Servette féminin

Le transfert de cette joueuse internationale espagnole chez le promu de LNA témoigne des moyens nouveaux du football féminin à Genève et de l’ambition du Servette FC Chênois Féminin

Le championnat de LNA féminine de football débutera le 25 août avec, pour la première fois, la présence du Servette FC. Bastion historique du football féminin romand, Yverdon n’est plus seul. Servette a été promu un an seulement après sa fusion avec le Football Féminin Chênois Genève (FFCG).

Le mariage des deux clubs genevois (le nom officiel est Servette FC Chênois Féminin) et leur rattachement sous les prestigieuses couleurs Grenat sont symptomatiques d’une évolution. Partout, le football féminin se développe, se structure, se rationalise. Signe qu’on le prend désormais au sérieux, à Genève comme à Bâle, Berne, Lucerne ou Zurich, les équipes naguère indépendantes sont toutes désormais intégrées au sein des plus grands clubs du pays: FC Bâle, FC Zurich, Young Boys (sic) et Grasshopper. Parce que le football qu’elles pratiquent est de qualité croissante et parce que les perspectives de croissance qu’elles augurent sont non négligeables.

A Servette, le football féminin est un projet de développement, comme la section rugby (sacrée le mois dernier championne de France de Promotion d’honneur), comme la section e-sport (créée en mars 2017). Pour le foot, l’exemple ultime prospère à moins d’une heure et demie de voiture: Lyon, son équipe féminine cinq fois championne d’Europe, portée depuis 2004 par un président visionnaire, Jean-Michel Aulas.

Pour franchir un cap, Servette a recruté cet hiver l’internationale Sandy Mändly, puis cet été l’Espagnole Paula Serrano. L’information est passée un peu inaperçue mi-juillet, entre la victoire des Bleus et la canicule. L’arrivée de cette milieu de terrain de 27 ans, internationale espagnole, au statut de semi-professionnelle, est pourtant une première à Genève. Il y avait déjà eu des Genevoises transférées à l’étranger (Caroline Abbé notamment) ou revenant en Suisse (Sandy Mändly, justement). Cette fois, le mouvement se fait dans l’autre sens, signe d’une ambition, d’une réputation et de moyens nouveaux.

Développer le football féminin à Genève

En mini-short et tongs, Paula Serrano n’a pas de problème d’acclimatation avec cet été hors norme. «Je viens de Plasencia, en Estrémadure, explique-t-elle en castillan. Mon père jouait au foot, mon frère aussi; j’ai toujours joué avec eux. Jusqu’à 14 ans, je jouais avec des garçons dans des équipes mixtes. J’ai ensuite joué deux ans avec l’équipe féminine en deuxième division. A 16 ans, j’ai été recrutée par l’Atlético Madrid, où je suis restée sept saisons.»

Lire aussi: Neunkirch, un succès au goût de bouchon

Paula Serrano a ensuite entamé un cycle de voyages et de découvertes: une saison à Grenade, une saison en Italie au Torres Calcio, une première incursion en Suisse à Neunkirch (avec un doublé Coupe-championnat), un retour à Madrid (mais au Madrid CFF, sans lien avec le Real) avant de signer à Servette. «A Neunkirch et Madrid, j’ai sympathisé avec Sandy Mändly. C’est elle qui m’a parlé du club. Je me plaisais bien à Madrid mais j’avais envie de voir autre chose. Je trouve intéressant de participer au développement du football féminin dans une ville comme Genève. Je connaissais déjà la ligue suisse: le niveau technique est aussi bon qu’en Espagne mais on joue différemment, plus direct, il y a plus de grands gabarits.»

A Servette, Paula Serrano est semi-professionnelle. Le club ne communique ni le montant du transfert, ni son niveau de rémunération. Elle est logée dans un petit appartement à Onex et vient s’entraîner «quatre à six fois par semaine». Les séances de l’entraîneur Eric Séverac seront dispensées en fonction des disponibilités des joueuses.

«Une internationale touche 85 euros par jour, un jeune M17 1000 euros par jour»

Dans le football d’élite depuis dix ans, Paula Serrano n’a jamais vécu de son sport. Sa passion lui permet de s’autofinancer mais elle n’a jamais rompu le contact avec le monde du travail «classique». «J’ai fait des études d’odontologie, et puis j’ai entamé une formation pour entrer dans la police, explique-t-elle. J’espère que ma fille ou ma petite-fille pourra ne vivre que du football, mais pour le moment ce n’est pas possible. Une joueuse sélectionnée en équipe d’Espagne touche 85 euros par jour de défraiement, un garçon qui joue en M17 touche 1000 euros par jour.»

Lire aussi: La longue marche du football féminin en Suisse

La situation du football féminin espagnol s’est toutefois améliorée ces dernières années avec l’apparition d’un sponsor pour la ligue, la société Iberdrola (gaz et électricité). «L’argent du sponsor a permis de diffuser six ou sept matchs de championnat par semaine. Avant, le football féminin ne passait pas à la télévision, alors que tous les matchs juvenil des grands clubs sont diffusés depuis des années. Cela a fait rapidement monter le niveau parce que les équipes ont eu plus de moyens pour recruter et s’entraîner.»

Au Metropolitano devant 34 000 spectateurs

Avec l’Atlético, Paula Serrano a ainsi parfois joué au Metropolitano, le stade des garçons, avec 34 000 spectateurs contre l’Athletic Bilbao. Elle se souvient de «certains joueurs de l’Atlético qui s’intéressaient à nos résultats et nous donnaient des conseils, et d’autres qui ne savaient même pas que le club avait une équipe féminine.» Elle n’en conçoit ni amertume ni frustration. «Moi je ne regarde pas le football masculin non plus, lâche-t-elle, un brin provocatrice. Enfin, la Coupe du monde si, mais Barça-Real ce n’est plus du football, c’est un show où seuls deux personnages importent: Messi et Cristiano.»

Paula, elle, aime le football pour le jeu. «J’aime me mesurer aux autres, et j’aime la compétition par équipe.» Enfant, les commentaires désobligeants des parents de ses coéquipiers masculins la stimulaient plus qu’ils ne la blessaient. «J’entendais des trucs du genre: «ne passe pas la balle à la fille!» ou «mais comment tu as pu te faire dribbler par une fille?» Je trouvais surtout fou que des parents puissent dire des choses aussi machistes. Mais aujourd’hui, on les entend moins et c’est déjà une victoire.»


REPÈRES

Paula Serrano Castaño

Née le 27 janvier 1991

Milieu de terrain

1998 Débuts avec les garçons.

2005 Débuts à Plasencia (2e division féminine espagnole).

2008 Transfert à l’Atlético Madrid.

2016 Doublé Coupe-championnat avec Neunkirch.

2017 Transfert au Madrid CFF.

2018 Transfert au Servette FC Chênois Féminin.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL