On ne sait pas si les dominos, jeu de société d’origine chinoise, seront un jour au programme des Jeux olympiques. Ce qu’on sait, en revanche, c’est que ça arrangerait les Américains, passés maîtres dans l’art de pousser ces pièces. La première s’est couchée fin mai, avec l’adoption d’un texte bipartisan voté au Congrès, le Uyghur Human Rights Policy Act of 2020, et paraphé le 17 juin par Donald Trump. Cette loi vise à punir les officiels chinois responsables de «la surveillance et de l’internement de plus d’un million de Ouïgours et membres des ethnies kazakhe ou kirghize ou d’autres minorités musulmanes».

Pékin réfute ce chiffre et explique que ces personnes sont emmenées dans des centres de formation professionnelle, destinés à les aider à trouver un emploi autant qu’à les éloigner de la tentation extrémiste. Fin juin, Adrian Zenz, anthropologue et sinologue basé aux Etats-Unis, a publié un rapport établi sur des données chinoises (statistiques, bases de données gouvernementales, presse locale, circulaires, appels d’offres) qui fait état de la stérilisation forcée des femmes ouïgoures. «Un génocide démographique», clame le chercheur allemand.