Pernilla Wiberg a conquis vendredi sur les pentes de Vail le quatrième titre mondial de sa carrière en s'adjugeant le combiné des Mondiaux disputés dans le Colorado. La Suédoise l'a emporté devant l'Autrichienne Renate Goetschl et la Française Florence Masnada. Elle a construit son succès dans le slalom, qui est, on le sait, son point fort, et notamment au cours d'une deuxième manche d'anthologie. «J'étais totalement en confiance, confie-t-elle dans l'aire d'arrivée. J'ai pourtant commis quelques fautes lors de cette manche. Heureusement, elles n'ont pas porté à conséquence.»

Après la descente disputée le matin sur la piste «Internationale» (en fait un tronçon de «Columbine», le tracé qui sera utilisé ce samedi pour la descente féminine), on a pu imaginer un nouveau triomphe autrichien. La descente est revenue en effet à Renate Goetschl devant Stefanie Schuster et Michaela Dorfmeister. Seules l'Allemande Hilde Gerg et Pernilla Wiberg semblent alors en mesure de jouer les trouble-fête dans le slalom de l'après-midi.

Un rôle que ne peuvent endosser en revanche les Suissesses Sylviane Berthod (10e de la descente à 2''15) et Corinne Rey-Bellet (13e à 2''30). Un rôle qui échappe aussi à la Tchécoslovaque Lucie Hrstkova, victime d'une cabriole, de laquelle la jeune skieuse se relève pourtant par miracle sans la moindre égratignure. Ce genre de chute ne manque pas de provoquer l'admiration des spectateurs américains. Surtout lorsqu'ils n'en sont pas eux-mêmes victimes, dans la pratique d'un sport où ils n'excellent pas tous comme nous avons pu le constater sur le domaine skiable de Vail.

Avant la première manche du slalom, on se dit que trois médailles de plus - alors que la «Wunderteam» en a déjà conquis cinq sur six possibles - transformeraient ces championnats du monde en un monologue autrichien. Heureusement, on se trompe. Grâce à un parcours sensationnel sur un tracé pourtant très difficile, Florence Masnada vient, dans un premier temps, mettre un peu de baume au cœur du camp des non-Autrichiens. La Française réalise le meilleur temps absolu de la manche, devant l'Autrichienne Brigitte Salvenmoser et la Norvégienne Trude Gimle. En embuscade l'Allemande Hilde Gerg, Pernilla Wiberg et la Croate Janica Kostelic. Plus loin: Goetschl est 7e, Schuster 8e.

Grimace en revanche dans le camp suisse: Corinne Rey-Bellet prend la 10e place de la première manche («J'ai essayé de prendre des risques et j'ai failli tomber plusieurs fois»); Sylviane Berthod enfourche une porte. «Dommage, constate-t-elle. Mais je m'étais déjà fait surprendre un peu partout durant la descente au cours de laquelle je n'avais pas le bon timing et où j'ai subi la piste. C'est pourquoi je ne suis pas trop déçue. Je me réserve pour la descente de dimanche.»

Lors de la deuxième manche, c'est Janica Kostelic qui donne le ton. Puis Michaela Dorfmeister s'empare du commandement avant que la Trude Gimle, puis Pernilla Wiberg ne viennent faire exploser le chrono. Le talent conjugué d'Hilde Gerg, Florence Masnada et Renate Goetschl n'y peuvent rien: «Pilla» ajoute un nouveau joyau à une couronne qui compte déjà trois couronnes mondiales avant ce combiné; deux titres olympiques; 47 podiums en Coupe du monde (dont 23 victoires). Quant à Corinne Rey-Bellet, malgré quelques erreurs sur le second tracé, elle parvient tout de même à décrocher une méritoire 8e place finale. «J'en suis heureuse. De toute façon, ici à Vail, le combiné n'était pas mon but suprême.»