Curling

Peter de Cruz, cœur de pierres

Le curling est à la fois passion, métier et formation continue pour le capitaine du CC Genève, qui jouera vendredi matin pour la médaille de bronze aux Jeux olympiques de Pyeongchang

Au commencement était le football. «Comme tous les gamins», mais aussi comme Roger Federer, Dario Cologna et tant d’autres champions, Peter de Cruz a tapé dans un ballon avant de trouver «son» sport. Ses souvenirs personnels de l’année 1998? La victoire des Bleus à la Coupe du monde, davantage que l’apparition du curling aux Jeux olympiques. «Je n’ai aucun souvenir de la médaille d’or de la Suisse à Nagano», nous confiait le capitaine du Curling Club Genève avant le grand départ pour la Corée du Sud, où ses camarades et lui allaient représenter le pays vingt ans après Patrick Hürlimann et Lausanne Olympique. Vendredi à 7h35 (heure suisse), ils joueront un dernier match contre le Canada pour tenter de décrocher la médaille de bronze. Jeudi soir, ils ont perdu leur demi-finale contre la Suède.

Lire aussi: De Nagano à Pyeongchang, vingt ans de curling en Suisse

Pour désigner la formation que Peter de Cruz compose avec Valentin Tanner, Claudio Pätz, Benoît Schwarz et le remplaçant Dominik Märki, on parle indifféremment de l’équipe de Suisse, du CC Genève ou du «Team De Cruz». Comme on parlerait du «Team Ronaldo» pour désigner le Real Madrid. Peter a ce dont Cristiano rêve peut-être: en curling, le skip ne joue pas plus de pierres que ses camarades mais il incarne le groupe davantage que dans n’importe quel autre sport collectif. Il doit assumer face caméra en cas d’échec. Il récolte les lauriers si tout se passe bien. Peter de Cruz le fait sans rien laisser transparaître, impassible comme lorsqu’il manipule avec toute la précaution du monde des blocs de granit de vingt kilos.

«En plus de jouer, nous avons chacun nos prérogatives, explique Peter de Cruz. Benoît, c’est l’artiste, il s’occupe du design des maillots, de la composition des cartes. Valentin gère toutes les questions d’équipement. Ils me laissent sans jalousie, et je crois même avec plaisir, la partie relations publiques.» Il a appris à aimer ce rôle petit à petit, en forçant sa nature timide. «Au début, lorsque je devais parler devant un groupe de personnes, sponsors ou autres, je stressais. Maintenant, ça va. J’ai appris à apprécier ces moments.» Ils font partie intégrante de sa vie d’athlète professionnel.

Pas d’infidélités professionnelles

Le Genevois né à Londres tient de son père britannique et du temps passé devant les chaînes de télévision anglaises une solide culture sportive. La passion du curling, elle, vient de sa mère (suisse) et de sa grand-mère, qui le laissaient traîner dans les halles lorsqu’elles disputaient des matches. Il a attendu l’âge de 11 ans avant de s’y mettre, mais n’a plus jamais arrêté. «Gamin, tu commences le curling car c’est cool de faire glisser des pierres sur la glace. Le geste est tout simple, la sensation géniale. Et puis tu continues car tu progresses, et tu progresses car tu continues…»

Les résultats suivent dès l’adolescence. Valentin Tanner et Benoît Schwarz sont déjà là. A 20 ans, les trois Genevois, déjà épaulés par Dominik Märki, deviennent champions du monde juniors à Flims, dans les Grisons. En parallèle, Peter de Cruz passe sa maturité professionnelle mais sait que le sport d’élite, exigeant, jaloux, ne lui pardonnerait pas les infidélités.

Quand tu t’investis à fond dans quelque chose, tu développes des compétences poussées et il y aura bien quelqu’un dans le monde pour en avoir besoin

Peter de Cruz

Alors il s’invente une vie autour de cette cible bleu et rouge tracée sur la glace. Pendant un moment, il œuvre comme manager du club genevois. Aujourd’hui, son temps se partage entre l’entraînement, l’administration de son équipe («une mini-PME» au budget annuel de 200 000 francs) et les compétitions, qui l’envoient un peu partout dans le monde plus souvent que chez lui. Le brun ténébreux parvient toutefois à entretenir une relation de couple depuis deux ans et demi avec une compagne compréhensive. «Je ne suis presque jamais à la maison, il faut trouver quelqu’un qui l’accepte. En l’occurrence, elle fait de l’audit financier, c’est très prenant et je pense que, parfois, elle ne se rend même pas compte que je ne suis pas là», rigole-t-il.

La méfiance des voies toutes tracées

Son amie construit une carrière en scrutant les comptes des grandes entreprises. Lui avoue sans faux-semblants que ses revenus actuels «ne lui permettraient pas de fonder une famille». Mais il se persuade que l’expérience accumulée autour de la glace pourra être convertie plus tard dans un domaine parallèle. «L’avenir ne me fait pas peur. Quand tu t’investis à fond dans quelque chose, tu développes des compétences poussées et il y aura bien quelqu’un dans le monde pour en avoir besoin», lance-t-il, en pensant par exemple aux fédérations ou aux grandes associations sportives.

Lire aussi: Curling mixte: le Canada en or, la Suisse en argent et tant pis pour les autres

Les garanties sont maigres. Mais les voies toutes tracées lui inspirent de toute façon une certaine méfiance. «J’ai plein d’amis qui ont des diplômes, qui ne trouvent pas le job de leurs rêves, qui finissent par en prendre un qu’ils détestent car il faut bien manger. Moi, j’ai la chance de faire ce que j’aime.»

Avant le départ pour la Corée du Sud, il avouait que l’envie de «profiter» des Jeux le titillait. L’ambiance au village olympique. Les compétitions de ski et de hockey. Mais il savait qu’il n’aurait guère le loisir de se disperser. Vendredi soir, il aura disputé onze matches en dix jours. Avec des défaites rageantes et de folles victoires. Des hauts et des bas. Beaucoup d’émotions à digérer rapidement pour ne pas trembler sur le coup suivant. Le curling vous taille un cœur de pierre(s).


Peter de Cruz en dates

1990 Naissance le 4 janvier à Londres de père anglais et de mère suisse.

2001 Inscription au club de curling de Genève.

2010 Champion du monde juniors.

2017 Troisième aux Championnats d’Europe.

2018 Première participation aux Jeux olympiques.

Publicité