Pour sa première participation au Tour de France, le Néerlandais Mathieu van der Poel a gagné la deuxième étape dimanche à Mûr-de-Bretagne, battant de six secondes dans une arrivée en côte les favoris slovènes de la Grande Boucle, le tenant Tadej Pogacar et son dauphin de l'année passée Primoz Roglic. van der Poel prend le maillot de leader des épaules du Français Julian Alaphilippe.

Grand espoir du cyclisme mondial, Mathieu van der Poel (26 ans) est le fils de l'ancien coureur Adrie van der Poel (vainqueur de plusieurs grandes classiques et champion du monde de cyclo-cross) et le petit-fils de Raymond Poulidor. En seulement deux jours sur le Tour de France, il réussit là où son grand-père avait toujours échoué en 14 participations. Trois fois deuxième, deux fois troisième, «Poupou» n'a jamais passé un seul jour en jaune sur le Tour.

La gloire de son grand-père

Décédé en novembre 2019, il racontait volontiers que cette anomalie avait contribué à sa légende, demeurée intacte au fil du temps. Lors de ses dernières années, le Limousin suivait avec beaucoup d'attention la carrière naissante de ses petits-fils, David et surtout Mathieu, les enfants de sa fille Corinne avec Adrie van der Poel. 

Bien que de nationalité néerlandaise, Mathieu van der Poel était très proche de son «Papy» à qui il a immédiatement rendu hommage. «J'ai pensé bien sûr à mon grand-père en franchissant la ligne», a-t-il expliqué, en pleurs, le visage entre les mains.

Pour s'emparer du maillot symbole du Tour, le Néerlandais de la formation Alpecin-Fenix a attaqué à deux reprises. La première fois pour s'adjuger les 8 secondes de bonification au sommet de la première montée de la côte de Ménéhiez, la montée de Mûr-de-Bretagne (Côtes d'Armor). La seconde fois pour gagner l'étape.

Quadruple champion du monde de cyclo-cross, «VDP» - mais qui pourrait être surnommé «Pou-Poel» sur les routes de France - brille dans des disciplines différentes. Il excelle autant sur la route, en gagnant des classiques, qu'en VTT cross-country, la discipline dans laquelle il cherchera cet été à remporter la médaille d'or aux JO de Tokyo.

Hirschi a tenu le coup

Au lendemain des grosses chutes du premier jour, l'échappée du jour (Pérez, Theuns, Clarke, Koch, Schelling, Cabot) a été lancée dans la première demi-heure de course. Entre soleil et averse, le Belge Edward Theuns et le Français Jérémy Cabot ont poursuivi l'aventure dans les 70 derniers kilomètres mais le peloton est revenu avant la première ascension de Mûr-de-Bretagne, à l'entrée des 20 derniers kilomètres.

A relire: Chris Froome lutte contre l'obsolescence programmée

Au classement général provisoire, van der Poel compte 8 secondes d'avance sur le précédent porteur du maillot jaune, Julian Alaphilippe, 5e de l'étape. Pogacar, 3e, pointe à 13 secondes devant Roglic, 4e à 14 secondes. Au lendemain de sa lourde chute, le Bernois Marc Hirschi a serré les dents pour rallier l'arrivée en espérant des jours meilleurs.

Lundi, les sprinteurs trouvent pour la première fois un terrain à leur avantage. La troisième étape, longue de 182,9 kilomètres, relie Lorient et Pontivy (Morbihan) pour l'avant-dernière journée en Bretagne.