On le sait, la Coupe de l'America est momentanément paralysée. Son avenir de joue à la Cour suprême new -yorkaise et, peut-être aussi, dans le cadre de discussions privées entre Larry Ellison et Ernesto Bertarelli.

Pendant ce temps, les marins de la Coupe de l'America continuent de se faire la main en match-racing sur le circuit international de cette discipline si particulières confinant à l'art du duel. Ce week-end, la Société nautique de Genève accueillait l'une de ces épreuves, le Bentley Geneva Match Race.

Plusieurs barreurs de renom, parmi les meilleurs du classement mondial de la discipline, se sont affrontés pendant trois jours. Dans une rade genevois baignée par le soleil, mais pas gratifiée en revanche de vents très généreux. Les airs parfois trop modestes ont empêché les concurrents de courir l'intégralité des matchs du deuxième Round Robin ainsi que les demi-finales. Ce sont donc les deux meilleurs du classement à l'issue d'un second Round Robin avorté qui sont passés en finale. A savoir l'Américain Ed Baird, barreur d'Alinghi, et le Français Philippe Presti, barreur de Luna Rossa lors de la dernière Coupe de l'America à Valence.

Eric Monnin, troisième

Les deux finalistes ont dû attendre 14h30 et l'arrivée d'un léger vent de 5 nœuds, dimanche, pour pouvoir enfin s'affronter et disputer une finale au meilleur de cinq matchs. Après avoir laissé filer la première manche, Philippe Presti s'est adjugé les trois suivantes, remportant le titre pour la deuxième année consécutive.

«Ed Baird est un grand monsieur de la voile avec un palmarès d'exception. Je suis évidemment ravi d'avoir pu m'imposer contre un tel équipage, souligne le Français. Pour nous, le Match Race s'envisage comme une progression constante. En 2007, nous étions un team nouvellement formé. L'expérience de cette 1re victoire de l'an passé nous a énormément servis pour nous motiver à s'entraîner et progresser toujours plus.» Et d'ajouter: «Pour la petite histoire, j'admire énormément Ed. Plus jeune, j'avais même accroché son poster dans ma chambre!». Le Français ne voit pas, dans cette victoire, une raison de s'enflammer pour l'avenir. «Ed Baird est sûr de son jeu. Cela fait un moment qu'il n'était plus présent sur le circuit de Match Racing puisqu'il s'entraîne sur des multicoques en vue de la prochaine America's Cup. Quand il reviendra en monocoque, il sera redoutable.»

Lors de la «petite finale» pour la 3e place, c'est le Suisse Eric Monnin, opposé au Monégasque Gian-Luca Perris, qui l'a emporté.