L’an dernier à la même époque, une photo de Novak Djokovic à la fenêtre de sa chambre d’hôtel avait fait polémique: le champion de tennis observait une quarantaine à son arrivée en Australie, bien plus douce et aménagée que celles imposées à la plupart de ses futurs adversaires à l’Open d’Australie. Nombre d’entre eux avaient dénoncé un privilège contraire à l’éthique du sport.