Le même objectif, mais avec une autre philosophie. L'équipe Post Swiss Team version 2000 continuera à se profiler comme une pépinière de talents, mais en mettant l'accent sur le respect de l'éthique dans le sport.

«On ne devient pas professionnel du jour au lendemain. Il faut de la patience», explique Serge Demierre, ancien professionnel et nouveau directeur sportif. A tous les niveaux: les coureurs, mêmes ambitieux, ne doivent pas brûler artificiellement les étapes et les partenaires éviter de se montrer trop gourmands.

Manager de la formation depuis le divorce de La Poste et de Jean-Jacques Loup, Kurt Bürgi ne tient pas à répéter les erreurs d'une trop grande partie du peloton: «Aujourd'hui, les coureurs courent trop et ne s'entraînent plus assez.» Raison pour laquelle, il a imposé à ses douze professionnels plusieurs camps d'entraînement et des plages de récupération. Autre particularité du programme: la priorité est donnée aux courses d'un jour, histoire de ne pas user prématurément les organismes des cyclistes, qui, pour la plupart, sont néoprofessionnels ou entament leur deuxième saison au plus haut niveau. Cela ne l'empêche pas de faire du Tour de Romandie (mai) et du Tour de Suisse (juin), ses principaux objectifs avec le GP d'Argovie et les championnats suisses. La première compétition est agendée pour les premiers jours du mois de février en Afrique du Sud.

L'encadrement de l'équipe n'est pas le seul à avoir été bouleversé. L'effectif aussi, puisque seulement quatre coureurs – sur douze – étaient déjà présents l'année dernière. Parmi eux, Bruno Boscardin, 30 ans, promu au rôle de capitaine de route.

Trois des nouvelles recrues, Pierre Ackermann, Christian Sidler et Christian Heule, sont des anciens d'Ericsson-Villiger, formation suisse dissoute au terme de la saison 1999. Pour eux, la vie a changé: après la galère d'une équipe sans argent, ils apprécient particulièrement de se consacrer correctement à leur métier. «Kurt Bürgi répète qu'il doit improviser parce que l'équipe s'est composée tardivement. Mais je peux assurer que beaucoup s'en satisferaient», apprécie Christian Sidler.

Autre nouveauté: l'équipe s'est ouverte aux coureurs étrangers. Dirk Müller, transfert en provenance de la Mapei, Martin Cotar, un Croate champion d'Europe des moins de 23 ans du contre-la-montre et Christian Poos, un excellent rouleur luxembourgeois (2e du Grand Prix des Nations), devraient permettre de faire oublier Sven Montgomery et Daniel Schnyder, partis à la Française des Jeux.

Pas un mot sur le passé

Représentant la direction du géant jaune, Michaël Roethlisberger a reconnu que son entreprise avait longuement hésité avant de s'engager pour deux années supplémentaires: «Finalement, nous avons considéré qu'il était de notre responsabilité de continuer.» Par contre, il n'a pas tenu à commenter les raisons qui ont poussé La Poste à se séparer de Jean-Jacques Loup pour ne pas prétériter l'issue des négociations encore en cours.

Le contingent: Pierre Ackermann, Reto Bergmann, Roger Beuchat, Bruno Boscardin, Matthias Braun, Philipp Buschor, Christian Heule, Christian Sidler, Marcel Strauss (Sui); Martin Cotar (Cro); Dirk Müller (All); Christian Poos (Lux).