Tard dans la nuit de mercredi à jeudi, la TSR 2 a passé les images de la finale de l'Xtreme de Verbier (Valais) qui s'est déroulé dimanche dernier. Les noctambules se sont retrouvés face à ces fous de la glisse qui n'hésitent pas à dévaler des pentes de plus de 50 degrés.

Installés bien confortablement dans leur fauteuil, ils pouvaient regarder les snowboarders de très près et suivre leurs parcours à la trace. Au rythme des images, il leur devenait facile de se laisser entraîner par la vitesse et surtout de se rendre compte de la difficulté d'une telle compétition. L'émission «C'est très sport» a permis de voir en grand plan le champion Cyril Neri effectuer des sauts de plus de vingt mètres et la lauréate Eva Sandelgard tenir presque en équilibre sur des parois rocheuses.

Par hélicoptère ou cachés dans la montagne, les caméramen ont ainsi fait revivre cette folle course. Tout y était: la musique, la vitesse, les interviews de nombreux snowboarders et même la fête à Verbier.

Dans ce cas, on peut aisément se demander s'il n'est pas préférable de rester chez soi quand on sait que le public de Verbier devait se munir de jumelles pour regarder la course. Sur place, les spectateurs, juchés sur le col des Gentianes, ne pouvaient qu'assister de très très loin à la compétition.

Difficile dès lors d'évaluer la hauteur des sauts. Impossible d'entendre les crissements des planches sur la neige presque gelée. Et encore moins pensable d'obtenir cette impression de vertige.

Alors que restait-il aux 5000 spectateurs venus, dans les frimas hivernaux, suivre l'Xtrême de Verbier? Le suspens de la vision du risque en direct.