Même si c’est pour plus beau ou plus moderne, les déménagements tiennent toujours de la corvée. Celui du Lausanne-Sport n’a pas fait exception à la règle. Pour leur premier match officiel dans le spectaculaire stade de la Tuilière, les hommes de Giorgio Contini ont souffert face au double champion de Suisse et leader du classement de Super League, Young Boys. Après une entame équilibrée, l’ouverture du score signée Jordan Lefort est tombée à la demi-heure de jeu, puis Felix Mambimbi a doublé la mise, et l’incontournable Jean-Pierre Nsamé – entré pour dix minutes – a fini le travail, alors que deux buts supplémentaires avaient été annulés auparavant. Score final: 0-3. C’est ce qui s’appelle essuyer les plâtres.

Lire aussi: A Lausanne, la renaissance du football suisse

Le début de toute chose signe la fin d’une autre. L’entrée du Lausanne-Sport en son nouvel antre marque l’aboutissement d’une longue attente. La capitale olympique rêve d’un nouveau stade de football depuis des années. Le concours d’architecture, qui sera remporté par les deux agences biennoises: mlzd et Sollberger Bögli, est lancé dès 2014. Initialement prévu au bord du lac, le projet est finalement implanté sur les hauts de la ville, à une borne à peine de la bonne vieille Pontaise. Les travaux débutent en 2017, la livraison est prévue en septembre 2019. L’implication active d’Ineos, nouveau propriétaire du club, entraîne un premier retard de huit mois. Puis les circonvolutions de la pandémie empêcheront le LS d’accompagner son retour en Super League de l’inauguration de son nouvel écrin au début de la saison 2020-2021, et l’obligeront à patienter jusqu’à la neuvième journée.

Le froid, toujours

La défaite concédée contre Young Boys ponctue également la relation amour-haine que les supporters lausannois entretenaient avec le Stade olympique de la Pontaise, qui accueillait les matchs du LS depuis 1954. Construit en prévision d’une Coupe du monde durant laquelle 43 000 spectateurs voient la Suisse battre l’Italie, il fut le théâtre des exploits de «Burgener, Barberis et autres Kok» ainsi que l’a relevé le conseiller d’Etat Philippe Leuba lors du très officiel couper de ruban organisé dimanche. Mais, dans l’histoire récente, il ne cessait d’être ramené à ses places vides, à la «cramine» garantie durant les mois d’hiver et à cette satanée piste de tartan qui rapproche bon nombre de vedettes des spectateurs d’Athletissima, mais éloigne le fan de football du terrain…

Découvrir le stade de la Tuilière en temps de pandémie et en novembre n’a pas permis de résoudre les problèmes d’affluence et de température: la partie, dimanche, s’est disputée à huis clos et par un froid glacial. En revanche, aucun doute sur le fait que l’édifice a été pensé pour le ballon rond. Les tribunes, élégantes même à vide avec leurs sièges en camaïeu de bleus, plongent «à l’anglaise» vers la pelouse synthétique «de dernière génération», selon la documentation officielle. Les joueurs locaux affirment qu’elle est «plutôt rapide». Ils ont encore du travail pour l’apprivoiser, eux qui sont restés loin de la cage défendue par David von Ballmoos ce dimanche.

Des standards modernes

Construit pour la somme de 76,6 millions de francs selon la ville de Lausanne, pouvant accueillir quelque 12 000 personnes en temps normal, le nouveau stade est présenté comme «unique en son genre» par la Swiss Football League. Il se démarque bien sûr par son architecture à la fois sobre et originale, aux coins comme repliés vers le haut, mais aussi par une volonté d’optimisation écologique: il comporte panneaux et centrale solaires, éclairage LED, station d’épuration des eaux usées. Cela ne l’empêche pas d’avoir beaucoup en commun avec les autres enceintes inaugurées ces dernières années en Suisse (et ailleurs): des espaces ouverts, un design épuré, des accès que l’on devine fonctionnels, une capacité raisonnablement adaptée aux besoins.

Après Bâle, Berne, Saint-Gall, Lucerne, Thoune, Neuchâtel ou encore Bienne, et avant Aarau, Zurich ou Lugano, Lausanne tient enfin son véritable stade de football répondant aux standards modernes. Le LS aura une nouvelle chance d’y signer une première victoire dès ce mercredi, contre Vaduz.