Dans le cyclisme sens dessus dessous de 2019, Colombiens volants et adolescents qui ne respectent rien, le meilleur point de repère est un Slovène qui a sept ans de vélo dans les jambes, jadis consacrées au saut à skis – c’est dire si le peloton perd la boule. Primoz Roglic, regard de loup, poil ras au menton, a remporté, dimanche 15 septembre à Madrid, le Tour d’Espagne, sa première course de trois semaines. Une Vuelta qu’il a dominée physiquement, à défaut de maîtriser complètement le cours des choses, notamment quand le vent ou les chutes s’en sont mêlés.