Johan Cruyff a été l'homme le plus important et influent de l'histoire du football parce qu'il fut celui qui incorpora l'audace la plus aiguë et l'intelligence la plus clairvoyante à un formidable concept de jeu. Johan révolutionna le football, parfois sans savoir qu'il le faisait ou sans savoir expliquer comment il le faisait. A base de pure intuition. Il a rendu facile le difficile. Ou fait semblant qu'il était facile de le faire, pendant que le monde se déchirait entre l'imiter ou le démythifier, débat inhérent à tout génie.

Le leg qu'il laisse est colossal et n'affecte pas uniquement l'Ajax et le FC Barcelone, ses deux grands clubs, mais tout le football mondial. L'héritage de Cruyff est le plus influent parce qu'il a à voir avec la qualité technique du footballeur, avec la réflexion stratégique du sport, avec le versant artistique du jeu, avec la richesse tactique des approches, avec la récupération de l'esprit offensif des pionniers et même avec la philosophie avec laquelle on affronte la vie.

Johan possédait des traits très significatifs:

- il était un esprit libre, ce qui marquait toutes ses actions

- il était fort mentalement, ce qui lui permit d'affronter chaque défi

- il était défiant, intuitif, exigeant et transgresseur, ce qui l'amena à toujours se confronter à l'ordre établi, et ceci inclut tout spécialement le concept propre du jeu.

Tout en conservant ses traits essentiels, le Cruyff joueur fut différent du Cruyff entraîneur.

Comme joueur, ses capacités étaient prodigieuses, basées sur une technique fière, une grande énergie intérieure, une inépuisable envie de vaincre et une compréhension et une vision du jeu hors série. Il apporta d'abord à l'Ajax puis au Barça une mentalité conquérante méconnue, ambition, cran, vaillance et de grands victoires. Rien que pour cela, il aurait déjà occupé une place prépondérante dans l'histoire, mais il alla beaucoup plus loin.

Comme entraîneur, il dut se reformater, parce que pour diriger, ses qualités de joueur ne lui suffisaient pas. C'est une période de sa vie peu connue: en 1985, il entreprit un fort processus de changement idéologique, étant donné que dans ses ultimes années comme joueur, il s'était senti attiré par la force et la vitesse du football anglais, ce qui supposait une notable contradiction conceptuelle. En 1985, Cruyff rentra à la maison, à Amsterdam, et travailla sérieusement avec son premier maître, Jany Van der Veen, l'entraîneur qui le découvrit en 1957 lorsqu'il était enfant. Van der Veen fut un personnage vital dans l'histoire de l'Ajax parce qu'il a servi de trait d'union entre celui qui assit les bases historiques du jeu, le Britannique Jack Reynolds, entraîneur ajaxien entre 1915 et 1947, et celui qui porta le club sur la cime mondiale, Rinus Michels. Van der Veen comme Michels jouèrent sous les ordres de Reynolds et les deux furent ses meilleurs héritiers. Michels dirigea le grand Ajax dans lequel Cruyff se révéla comme joueur; et Van der Veen, dans la pépinière du club, transmit les enseignements aux plus jeunes. Avec lui, Johan réapprit l'authentique méthodologie de l'Ajax et devint entraîneur.

Les fondamentaux dont Van der Veen lui avait rafraîchi l'esprit permirent à Cruyff de construire le jeu de position à Barcelone. Il ne le fait pas d'un point de vue intellectuel, mais simplement intuitif. Il agit en tant qu'entraîneur de la même manière que s'il était encore un joueur. Plus que réfléchir sur ce qu'il veut proposer, il laisse circuler ses intuitions sur le jeu. Ce qu'il dit ne repose pas sur un profond corpus intellectuel, mais il sait transmettre toute l'essence de ce qui, des années plus tard, débouchera sur le jeu de position tel que nous le connaissons aujourd'hui.

Le leg de Cruyff sera toujours plus pratique que théorique. Il a implanté au Barça tout ce qu'il a senti comme joueur et appris à l'école de l'Ajax. Une méthode unique pour toutes les catégories, où les joueurs avec une bonne technique et de la rapidité mentale auront la priorité. Le modèle de jeu paraît simple: toujours à l'attaque, en cherchant des supériorités dans chaque ligne, en offrant des lignes de passe simples au coéquipier, en s'appuyant sur des triangulations, jouant de face pour que le jeu ne s'arrête pas.

A ses débuts comme entraîneur de Barcelone, personne ne comprend ce que Cruyff propose, el Camp Nou le siffle, la presse le critique, les joueurs doutent. Lui persiste, retouche des  détails et jamais ne cède sur sa proposition. Il gagne et regagne encore, Perfectionne le modèle, trouve les joueurs adéquats, toujours en gagnant. Et il gagne tout.

Quand il perd, les forces les plus réactionnaires du club l'achèvent. N'oublions pas ce détail: Cruyff ne s'en va pas du Barça, on le vire. Mais ceux qui le licencient ne peuvent éviter que son oeuvre se poursuive parce que Johan laisse un héritage et un héritier, Héritage au centre de formation, sous forme de modèle de jeu et méthodologie d'entraînement: La Masia sera à partir de son arrivée une source inépuisable de talents grâce au travail continuel et silencieux de nombreux entraîneurs et maîtres qui apprirent avec lui.

Et un héritier qui, une décennie après que Johan fut déchu, assuma le leg, mûrit le modèle et atteignit l'excellence. Cruyff sera probablement immortel parce que son oeuvre l'est déjà.


Lire aussi :