Premier à l'issue des rounds robin et victorieux 4-0 de son quart de finale contre les Italiens de Prada: malgré ce bilan positif, Alinghi est bien loin de crier victoire, comme l'a souligné Michel Bonnefous de retour à Genève. Devant la presse, le directeur du syndicat suisse a évoqué la prochaine échéance d'Alinghi à Auckland, la demi-finale de la Coupe Louis-Vuitton, qui l'opposera dès le 9 décembre aux Américains d'Oracle. «Oracle reste sur dix victoires d'affilée», lâchait-il. «Les Américains ont laissé une très grande impression lors de leur quart de finale en battant One World 4-0. Oracle a complètement changé son mode de navigation après son parcours en demi-teinte lors du premier round robin. Cette demi-finale sera pour nous l'un des épisodes cruciaux de cette aventure.»

Pour affronter le défi de San Francisco, Alinghi pourrait aligner, pour la première fois à Auckland, son second bateau, SUI 75. «La décision sera prise la semaine prochaine», précisait Michel Bonnefous. «Les différences entre SUI 64 et SUI 75 ne sont pas énormes. Mais notre choix dépendra des conditions de vent que nous rencontrerons, sachant qu'Oracle est très compétitif dans la brise.»

On le sait, une défaite contre Oracle ne signifierait pas la fin de l'aventure pour Alinghi. Le défi suisse bénéficierait d'une seconde chance de qualification pour la finale avec un «repêchage» contre le vainqueur de la demi-finale du bas du tableau. «Entrer directement en finale représente cependant un avantage énorme», soulignait Michel Bonnefous. «Une qualification nous offrirait à nouveau une marge pour améliorer les bateaux, soigner les détails qui pourraient faire la différence.»

LT