Japon

Au propre et au figuré, le rugby en plein typhon

La menace du cyclone «Hagibis» a poussé les organisateurs à annuler deux rencontres du premier tour, tandis qu’une troisième est en sursis. Cela fait le bonheur des uns, le malheur des autres, et l’embarras des responsables

Alerte climatique sur la planète sport: après la chaleur du Qatar pendant les Championnats du monde d’athlétisme, les typhons du Japon pendant la Coupe du monde de rugby.

Hagibis sera ce week-end le dix-neuvième cyclone de la saison à s’abattre sur l’archipel, et il pourrait être le plus violent. Les organisateurs du tournoi, pour lesquels la sécurité est «la priorité absolue», ont donc pris les devants en annulant deux matchs prévus ce samedi dans la zone menacée: France-Angleterre (à Yokohama) et Nouvelle-Zélande-Italie (à Toyota). Le doute subsiste au sujet de la rencontre qui doit opposer l’Ecosse au Japon dimanche.

Une autre tempête, au sens figuré celle-ci, gronde: comme le règlement de la compétition interdit le report d’une partie du premier tour à une date ultérieure, elles seront considérées comme jouées, avec un résultat officiel de 0-0 qui peut faire les affaires des uns… et le malheur des autres.

Lire aussi: Fidji, Tonga et Samoa, chair à tampons du rugby mondial  

Sous pression

Les Italiens, qui conservaient une petite chance d’atteindre les quarts de finale en cas d’exploit contre des All Blacks déjà qualifiés, sont particulièrement remontés. «On ne sait jamais ce qui peut se passer sur un terrain, rappelle leur sélectionneur, Conor O’Shea. Ces joueurs ont donné leur vie pour le rugby italien et leur Coupe du monde se termine sur un terrain d’entraînement…»

Autre cas problématique, celui de la rencontre en suspens. Si elle devait ne pas se jouer, le nul proclamé entérinerait l’élimination de l’Ecosse et la qualification du Japon, le pays hôte. Le sélectionneur britannique a tenté de mettre la pression sur l’organisation pour que le match se déroule comme prévu, voire dans une zone préservée de la menace du typhon, tandis que ses dirigeants ont fait planer dans la presse la menace d’une action en justice contre la fédération mondiale en cas d’annulation. Une décision ne sera prise que dimanche matin, à quelques heures du coup d’envoi.

Le cas du match France-Angleterre était pour sa part moins problématique, dans la mesure où les deux formations étaient déjà assurées de disputer les quarts de finale avant de s’affronter. Les Bleus ont toutefois perdu dans l’affaire l’opportunité de se hisser en tête de leur groupe.

Lire: Elle plaque, elle plaque, la banlieue 

En attendant les Jeux

Cette situation est inédite alors que la Coupe du monde de rugby vit sa neuvième édition. Son organisation au Japon, à une période de l’année où le risque de typhon est parfaitement connu, faisait débat depuis longtemps. Mais World Rugby poursuit l’objectif, comme bien d’autres fédérations sportives, d’étendre son développement à de nouveaux territoires comme l’Asie. L’attribution de grands événements sportifs fait partie des moyens utilisés pour l’atteindre.

L’œil du cyclone n’est pas près de s’éloigner de l’archipel. L’été prochain, le Japon accueillera les Jeux olympiques d’été du 24 juillet au 9 août. Ce sera déjà la saison des typhons. Et il fera vraisemblablement chaud comme au Qatar.

Publicité