Dopage

Quatorze sportifs russes contrôlés positifs

Ayant participé aux JO-2008 de Pékin, quatorze sportifs russes ont été contrôlés positifs, a annoncé mardi le Comité olympique russe (COR), juste avant que la Fédération russe d’athlétisme ne décide d’écarter des JO de Rio tout athlète russe «pris pour dopage dans le passé»

Quatorze sportifs russes ayant participé aux JO-2008 de Pékin ont été contrôlés positifs après de nouvelles analyses, a annoncé mardi le Comité olympique russe (COR), juste avant que la Fédération russe d’athlétisme ne prenne la décision d’écarter des JO de Rio en août tout athlète russe «pris pour dopage dans le passé».

«Le Comité olympique russe (COR) a reçu un document officiel du Comité international olympique (CIO) l’informant que les résultats des nouveaux échantillons prélevés pendant les jeux Olympiques de Pékin ont donné des résultats positifs […] pour 14 athlètes russes dans trois disciplines», a indiqué le COR dans un communiqué.

«Conformément aux règlements internationaux, le nom des sportifs ne sera pas divulgué avant l’analyse de l’échantillon B», ajoute le communiqué, la responsable juridique du COR, Alexandra Brilliantova, précisant que les échantillons B seront analysés les 31 mai et 1er juin par le laboratoire antidopage de Lausanne (Suisse).

Quelques instants après l’annonce du Comité olympique russe, la Fédération russe d’athlétisme a publié à son tour un communiqué indiquant que tout athlète russe «pris pour dopage dans le passé» sera privé des Jeux olympiques de Rio.

«La Fédération russe d’athlétisme a pris cette décision difficile avec un seul but: tout faire pour que les sportifs propres puissent participer aux JO-2016», indique le communiqué de la fédération alors que l’athlétisme russe, au centre d’un immense scandale de dopage, est pour l’heure suspendu de toute compétition internationale.

10 médaillés parmi les 14 sportifs incriminés

Le communiqué du COR intervient une semaine après l’annonce du CIO que 31 sportifs issus de 12 pays avaient été contrôlés positifs suite à de nouvelles analyses de leurs échantillons datant de 2008.

Ces analyses faisaient suite à un travail avec l’Agence mondiale antidopage (AMA) et les fédérations internationales, avait indiqué le CIO, qui disait vouloir «empêcher tous les dopés de participer aux Jeux de Rio».

Selon la chaîne publique sportive russe Match-TV, les sportifs russes contrôlés positifs concourraient en athlétisme, en haltérophilie et en aviron.

Parmi la liste dévoilée par cette chaîne, qui ne donne pas sa source, figurent la sauteuse en hauteur Anna Chicherova, médaillée de bronze en 2008, l’ancien recordman du monde du 50 km marche Denis Nizhegorodov, médaillé de bronze à Pékin, ou encore la lanceuse de javelot Mariya Abakumova, médaillée d’argent en 2008.

Une championne olympique du relais russe 4x100 m, Yuliya Chermoshanskaya, et deux médaillées d’argent du relais 4x400 m (Tatyana Firova et Anastasiya Kapachinskaya), figurent aussi dans la liste de Match-TV. Au total, dix médaillés olympiques russes figurent parmi ces 14 sportifs incriminés.

«Je peux confirmer que j’ai reçu une notification. Mais avant l’analyse de l’échantillon B, personne ne peut prouver» que j’étais dopée, a déclaré Anna Chicherova à Match-TV.

«Je ne comprends pas pourquoi tout cela arrive maintenant. Je suis sous le choc, c’est peut-être juste une erreur», a ajouté Chicherova, championne olympique aux JO-2012 de Londres.

Sans nier l’authenticité de cette liste, le ministre russe des Sports Vitali Moutko a regretté sa publication, expliquant à l’agence de presse R-Sport qu’il était «injuste de publier les noms s’ils sont déclarés non coupables».

Interviewé par des journalistes quelques heures avant ces deux annonces, Vitali Moutko avait affirmé que la Russie travaillait à changer ses critères de sélection pour l’équipe olympique, «pour empêcher les athlètes ayant commis des violations grossières des règles anti-dopage» de participer aux JO de Rio.

«J’espère que l’IAAF prendra en compte les efforts de la Russie», a-t-il poursuivi, répétant que les «sanctions pour dopage doivent être individuelles».

Mais alors que la fédération internationale d’athlétisme (IAAF) effectuera de mercredi à vendredi une dernière visite en Russie, avant de statuer le 17 juin sur la présence ou non des athlètes russes au Brésil, ces nouvelles révélations éloignent un peu plus l’athlétisme russe des JO de Rio.

Publicité