Il y a plusieurs façons de comprendre ce qui fait la valeur des athlètes. La première est de penser qu’elle résulte d’un capital physique, c’est-à-dire d’une combinaison de qualités physiologiques, techniques ou encore psychologiques. Si ces qualités jouent indéniablement un rôle important dans la capacité à produire les meilleures performances possibles, elles ne sont néanmoins pas suffisantes à les expliquer. Des recherches en sociologie du sport ont montré que les athlètes les plus performants ne se différencient pas forcément des autres par ces qualités, et que la performance dépend aussi d’une combinaison complexe d’interactions relativement ordinaires, en particulier avec les entraîneurs, les partenaires et les concurrents, qui conduisent à la production d’un capital physique exceptionnel.