L'équipe fribourgeoise affronte pour la troisième fois le HC Lugano, ce mardi à la Resega, en quart de finale des play-off de Ligue nationale A de hockey sur glace. Alors qu'elles ont terminé respectivement 8e et 1er du tour qualificatif, les deux formations sont à 1-1 dans une série au meilleur des sept matches. Une surprise qui réside peut-être dans le fait que Serge Pelletier est l'ancien assistant de Jim Koleff, le coach luganais.

Le Temps: Serge Pelletier, faut-il faire un parallèle entre les bonnes performances de votre équipe contre Lugano dans ces play-off (défaite 2-1 et victoire 2-0) et votre passé très récent d'assistant auprès de Jim Koleff?

Serge Pelletier: C'est clair, je connais bien Lugano. Mais il ne faut pas oublier que les matches se jouent avant tout sur la glace. Dans une série de rencontres, comme c'est le cas en play-off, je ne peux de toute façon pas dévoiler mes secrets de préparation à un journal. Par respect pour mes joueurs, et parce que mon adversaire pourrait le lire.

– Affronter Lugano est donc un avantage…

– Vous savez, il y a trois mois, nous comptions neuf points de retard sur le huitième au classement. A ce moment-là, et jusqu'au dénouement spectaculaire que vous connaissez (ndlr: la victoire contre Langnau et Rapperswil lors des deux dernières journées de championnat), notre objectif simplement était de nous qualifier. Que ce soit contre Lugano ou une autre équipe, peu importait.

– Dans vos rapports avec les médias ainsi que pendant les matches, vous ne vous départissez jamais d'une attitude calme, voire d'une certaine prudence. Est-ce un trait de caractère?

– Disons que je suis effectivement d'une nature tranquille et analytique. Je pèse mes mots pour ne pas donner trop d'infos à mes adversaires et ne pas dérouter mes joueurs par des propos inconsidérés. J'ai joué à un très haut niveau (ndlr: Serge Pelletier a été contraint d'abandonner sa carrière à cause d'une blessure à l'épaule) et je sais aussi ce que c'est que d'avoir un coach qui crie tout le temps dans votre dos. Moi, j'essaye d'apporter à mes joueurs le calme dont ils ont besoin pour prendre les bonnes décisions.