«Jeudi à Zurich, nous avons tourné à quatre blocs de manière à rester frais et dispos pour samedi. Contre nos deux adversaires du week-end, la différence ne se fera pas sur le tableau réservé à la théorie, mais en fonction de la rage qu'auront les joueurs. Ce sera deux matches de guerriers. Des guerriers qui devront être affamés.»

Serge Pelletier, entraîneur de Fribourg-Gottéron

«Ce sont deux matches de play-off que nous allons disputer, et il ne faut pas s'attendre à un score de 8-6. Chaque équipe a son plan de match, et la clé des deux rencontres résidera dans l'exécution de ce plan. Ainsi que dans les détails: un puck mal sorti de la bande, un changement volant mal maîtrisé, etc.»

Jean-Yves Roy, attaquant de Fribourg-Gottéron

«L'heure n'est plus aux changements tactiques. Chaque équipe va privilégier le jeu défensif, Langnau encore plus que Fribourg. Ce sera un match très serré où les gardiens seront déterminants.»

Bent-Ake Gustaffson, entraîneur de Langnau

«De la part des joueurs, le contrôle de leurs émotions sera crucial. Chaque équipe est sous pression, Gottéron un peu plus que Langnau. Mais à l'inverse, les Fribourgeois ont plus l'expérience de ce genre de situation que les joueurs de Langnau. Il sera intéressant d'observer s'ils savent en profiter contre des joueurs plus jeunes qui, pour certains, n'ont encore jamais disputé les play-off.»

Ueli Schwarz, directeur sportif de Langnau, et ancien entraîneur de Gottéron