Ramer pour gagner, petite leçon d’aviron

Aviron Le Genevois Lucas Tramèr vise un podium cette semaine aux Championnats du monde en Savoie

Il raconte son sport, si calme vu du bord, si extrême à bord

Douze kilomètres de glissade ce vendredi-là sur le lac d’Aiguebelette. Séance d’entraînement somme toute ordinaire. Si le mot glissade vient à l’esprit lorsque depuis la rive on voit l’embarcation fendre l’eau tout en grâce et silence, les quatre gaillards là-bas qui rament ont d’autres vocables en bouche: râles, sueurs, larmes, tachycardies. «Etrange, dit Lucas Tramèr, ce ressenti contrasté des uns et des autres. En course, c’est le vacarme, les pelles [rames] font du raffut, nos sièges et nos corps aussi, le capitaine doit hurler ses ordres. Mais le public n’entend rien de tout cela.»

On retrouve Lucas dans un hôtel d’Aix-les-Bains, aux abords du lac du Bourget, où le Team Suisse a posé ses valises, ses avirons et ses 14 athlètes. Les Championnats du monde ont lieu du 30 août au 6 septembre sur le plan d’eau d’Aiguebelette, à trente minutes de là. La proximité avec la Suisse (une heure par l’autoroute) ravit le jeune champion, qui, mardi 1er septembre, aura 26 ans. Ses parents qui habitent Puplinge (GE), ses amis et son club formateur, l’Aviron Vésenaz, vont faire le déplacement.

L’ambition de son équipe quatre sans barreur (Mario Gyr, Simon Schürch, Simon Niepmann et lui-même) est double: une qualification pour les Jeux olympiques de 2016 (il faut finir dans les onze premières équipes) et une médaille à ces Mondiaux français. Sauf catastrophe, le billet pour Rio est en poche. Le quatre sans barreur suisse (poids légers) est parmi les meilleurs du monde. Cinquième aux JO de Londres en 2012, titre européen à Poznan en mai dernier devant la France et le Danemark puis vainqueur de la première manche de la Coupe du monde. L’or pourrait s’inviter à bord à Aiguebelette.

Lucas tempère: «Là, il y a tout le monde dont la Nouvelle-Zélande et la Chine, sans omettre les Danois, qui sont les champions en titre. Mais nous devons faire mieux qu’entrer en finale.» Et tenter de faire oublier la performance londonienne, remarquable sur le papier mais frustrante dans les esprits, la demi-finale ayant placé le quatuor parmi les favoris (en devançant à la surprise générale l’Afrique du Sud, championne olympique sortante). «J’ai encore le sentiment que nous sommes passés à côté de quelque chose d’énorme en 2012», avoue Lucas.

L’équipe, déçue, un peu lasse, s’est ensuite auto-dissolue et a vécu en couple. Lucas Tramèr s’est essayé au deux sans barreur avec Simon Niepmann, avec succès. Ils ont été champions du monde et d’Europe en 2013, ont récidivé en 2014. Mario Gyr et Simon Schürch les ont copiés en catégorie Open. Ces disciplines n’étant pas olympiques, les médaillés n’ont pas dit non lorsque la Fédération leur a proposé de reformer un quatre sans barreur pour Rio. La nomination d’un nouvel entraîneur (un Néo-Zélandais) les a définitivement convaincus. Depuis un an, ils sont en stage continu «quasi-commando» du côté de Bienne avec musculation, ski de fond, trek et grimpe, des entraînements à Macolin (Haute Ecole fédérale du sport), Libourne (près de Bordeaux) et bientôt Majorque.

Lucas, en cinquième année de médecine à Bâle, a mis ses études entre parenthèses. Idem pour les autres (Gyr est juriste, Schürch étudie l’économie, Niepmann le sport et la géographie). Tous ont soif de revanche. Ce sport d’équipe fait appel, outre à un physique et un mental impeccables, à une stratégie parfaitement au point. Lors des régates, il faut ramer, mais pas n’importe comment. «Il faut doser l’effort, lancer secrètement des attaques à bon escient. Nous, on veut être parmi la tête aux 1000 mètres. Quand vous êtes devant, vous voyez les autres et les autres ne vous voient pas. Vous contrôlez la course et il y a alors une espèce d’euphorie communicative. Quand vous êtes derrière, il n’y a plus de repère et la douleur est davantage ressentie», explique Lucas.

Il y a beaucoup à surveiller chez l’avironneur. Un: le cœur, qui chez Lucas bat à 35 pulsations minute au réveil et monte à 187 au terme des 2000 mètres de course. Deux: l’alimentation, car en quatre sans barreur poids légers le poids moyen des rameurs doit être inférieur à 70 kilos, alors qu’il n’y a pas de limite dans les bateaux «toutes catégories». Trois: l’entente entre les équipiers. «Nous ne sommes pas obligés d’être les meilleurs amis du monde, mais nous devons aller dans la même direction», résume en souriant Lucas. Il existe dans l’aviron des bateaux de pointe qui se pratiquent avec une rame et des bateaux de couple avec deux rames. Lucas Tramèr et ses coéquipiers sont en pointe. Lucas pagaie à gauche (bâbord).

L’on a envie de savoir qui ou quoi l’a dirigé vers ce sport qui demeure confidentiel. Longiligne (1,85 m pour 73 kilos) et extrêmement volontaire (on ne conjugue pas hautes études et haute compétition sans un fort caractère), Lucas aurait sans nul doute pu intégrer l’élite de sports plus populaires. «C’est un copain de classe qui m’a entraîné au club de Vésenaz, je cherchais un challenge physique. Ado, j’étais petit et gringalet, j’avais envie de me muscler.»

Il se souvient s’être fait «détruire» par les Suisses alémaniques chez les juniors, catégorie d’âge au niveau longtemps resté faible en Suisse romande. Ces claques l’ont stimulé. Il n’est plus cassé par les rameurs de Lucerne (Gyr), Rothrist (Schürch) ou Lörrach (Niepmann) mais a trouvé sa place parmi eux, dans le même aviron.

Après les mondiaux de natation puis ceux d’athlétisme, la question du dopage va évidemment se poser à Aiguebelette, l’aviron étant un sport physiquement très exigeant. EPO ou autre drogue? «Nous ne gagnons pas assez d’argent et nous ne sommes pas assez médiatisés pour que le dopage vienne salir notre sport. Nous sommes propres», assure Lucas Tramèr. Il vit de l’aviron grâce à la Fédération, qui couvre 40% de ses frais, ses sponsors, l’armée sport élite, les Villes de Genève et de Bâle.

Mais il sait qu’il ne fera jamais fortune, même en remportant l’or olympique. Son ambition n’est d’ailleurs pas celle-là. Il veut après Rio achever ses études et devenir un bon médecin.

«J’ai encore le sentiment que nous sommes passés à côté de quelque chose d’énorme en 2012»