C’était une soirée au Bernabéu comme on en rêvait enfant. Une nuit européenne, forcément, pour découvrir de l’intérieur ce club qui ne semble vivre que pour la Coupe d’Europe (13 victoires en Coupe ou Ligue des champions, dont les cinq premières). La première magie du Real, c’est son stade. Le «Bernabéou» est un éléphant blanc en plein Madrid, à deux pas du métro. Ses tours en spirale, qui semblent monter la garde sur l’avenida de Concha Espina, remplissent et vident les tribunes en quelques minutes. On entre et on sort de la Casa blanca comme chez soi.