C’est comme si Alex Wilson n’avait pas participé aux Georgia Games de Marietta (Etats-Unis). Sur le site de World Athletics, son profil n’affiche plus les résultats qu’il a obtenus dimanche lors de ce petit meeting auquel il a participé à l’occasion de son camp de préparation en vue des Jeux olympiques de Tokyo.

Lire aussi: L’incroyable 100 mètres d’Alex Wilson

Dans un premier temps enregistrés par la fédération internationale, ils n’étaient pas anodins: le sprinteur bâlois avait signé deux records de Suisse, chronométré à 19''89 sur 200 mètres et surtout à 9''84 sur 100 mètres. Le deuxième meilleur temps de la saison et le record d’Europe, rien que ça.

Deux vidéos éloquentes

Le monde de l’athlétisme n’a pas tardé à douter. Du chrono, des conditions, de ce que vous voulez. Comment croire qu’un athlète de 30 ans, de retour de blessure et dont la meilleure course de la saison était jusqu’alors de 10''38, puisse être capable de pareil exploit? European Athletics a pris acte de la demande d’homologation du résultat mais a averti que le processus pourrait prendre du temps en raison de l’imminence des Jeux olympiques. World Athletics a dû considérer que la situation était suffisamment équivoque pour ne pas afficher le fameux chrono dans l’intervalle.

C’est que l’affaire a vite dépassé le cadre du doute méthodique. Une première vidéo, apparue dès dimanche et filmée à hauteur d’homme, laissait entrevoir un meeting très modeste, vraisemblablement pas équipé d’un système de contrôle des faux départs… ainsi que des coureurs déjà bien relevés au moment du coup de pistolet. Lundi, une seconde vidéo partagée sur les réseaux sociaux par Laurent Meuwly – notamment entraîneur de Lea Sprunger et Ajla Del Ponte – montre qu’Alex Wilson n’a pas encore franchi la ligne d’arrivée après 9''84. Bref: le faisceau d’indices s’épaissit.

Pas sûr de courir les 100 mètres des JO

Et Alex Wilson là-dedans? Dans un premier temps, son entourage a indiqué que le sprinteur avait lui-même été incrédule quant à son résultat à Marietta. Il se serait enquis auprès des responsables s’il n’y avait pas eu un problème. Et puis après tout, il s’est décidé à se laisser porter. Il a confié à plusieurs médias que ses nouvelles chaussures, développées par son équipementier en vue des Jeux olympiques de Tokyo, constituaient «une arme secrète», qu’il avait eu toute la semaine le sentiment de pouvoir battre ses records de Suisse, et qu’il n’avait aucune raison de remettre en cause le verdict du chronomètre.

Au Japon, le Bâlois s’alignera sur 200 mètres. Sur 100 mètres, ce n’est pas sûr: un coureur qui «vaut» 10''00 au mieux (son record est de 10''03) n’a pas grand-chose à espérer de la compétition. Un coureur qui «vaut» 9''84, c’est autre chose. Mais est-ce son cas?