Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Timea Bacsinszky a été battue par la néerlandaise Kiki Bertens.
© Christophe Ena

Roland-Garros

Rendez-vous manqué pour Timea Bacsinszky

La Vaudoise, battue par la surprenante néerlandaise Kiki Bertens (7-5 6-2), ne retrouvera pas Serena Williams en demi-finale

Lire aussi:  Dominic Thiem, un drôle de zèbre

Comme l’an dernier, Timea Bacsinszky a quitté Roland-Garros un jeudi soir. Avec le retard dû à la pluie, le tableau féminin n’en était qu’aux quarts de finale. En 2015, il s’agissait d’une demi-finale et la Vaudoise avait failli battre l'(alors) imbattable Serena Williams. Les retrouvailles étaient programmées pour vendredi; Timea laissera sa place à la surprise du tournoi, la Néerlandaise Kiki Bertens.

Cette athlétique joueuse de fond de court, seulement classée 58e à la WTA, aligne un tableau de chasse impressionnant dans ce French Open: elle a notamment battu les têtes de série N°3 (l’Allemande Angelique Kerber), N°29 (la Russe Daria Kasatkina), N°15 (l’Américaine Madison Keys) et donc N°8 avec Timea Bacsinszky. Si l’on prend en compte le tournoi de Nuremberg, qu’elle a remporté en partant des qualifications, Kiki Bertens en est à sa douzième victoire consécutive. Il n’est pas sûr que l’euphorie compense la fatigue vendredi contre Serena Williams.

Le jeu tout de même assez convenu et prévisible de la Néerlandaise n’avait rien d’insurmontable pour une Timea Bacsinszky dans un bon jour. Mais celle-ci ne put reproduire le niveau de jeu montré précédemment. Trop de fautes directes (40 en tout), trop d’occasions gâchées, à 5-4 service à suivre dans la première manche, à 2-4 dans la seconde lorsqu’elle manqua trois balles de «débreak».

Probablement plus déçue qu’elle ne voulait le montrer, la Lausannoise s’est présentée en salle d’interview deux heures après sa balle de match (à 7-5 6-2). Le temps sans doute de prendre du recul sur cette amère défaite. «Les conditions de jeu étaient difficiles, cela aurait pu tourner en ma faveur dans la première manche, mais elle a aussi très bien joué à certains moments. Il faut la féliciter.»

Incitée à en dire un peu plus, Timea Bacsinszky rappela son parcours et son regard général sur le tennis. «Je suis bien sûr déçue, j’en veux plus, mais je sais d’où je viens et je peux vivre avec cette contre-performance. Je joue pour moi, pas pour satisfaire les attentes du public.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL