Le projet de candidature de Montreux à l'organisation des Jeux olympiques d'hiver de 2010 avance. Lundi matin, Pierre Salvi, le syndic de Montreux, et Jean-Pierre Seppey, le promoteur du projet, ont rencontré à Berne le président de l'Association olympique suisse (AOS), René Burkhalter, et le directeur de l'AOS, Marco Blatter. Au programme de cette réunion discrète: une prise de contact informelle, et une discussion sur les détails opérationnels de l'étude de faisabilité lancée ces prochains jours.

«Ce projet me semble tout à fait sérieux, se réjouit René Burkhalter. Il s'appuie sur l'expérience des candidatures valaisannes passées, et ses promoteurs savent où ils vont. La répartition prévue des sites sur trois cantons (n.d.l.r.: Vaud, Fribourg et Valais) renforce l'assise du projet. Quant au financement, essentiellement privé, il ne constitue pas un problème à ce stade.» Même son de cloche chez Marco Blatter, hermétique aux doutes émis par des spécialistes proches du CIO (lire Le Temps du 30 décembre 1999): «Pour moi, il faut battre le fer pendant qu'il est encore chaud, et ne pas se focaliser sur les échecs de 2002 et 2006. Les Italiens ont présenté huit candidatures malheureuses avant de gagner.»

Association de droit privé

Du côté des promoteurs du projet montreusien, on ne veut pas en dire trop avant la conférence de presse de présentation prévue en février à Montreux. Mais le coordinateur Jean-Pierre Seppey, «très satisfait de la réunion de lundi et de l'accueil des municipalités concernées», lâche tout de même quelques informations. Ainsi, le groupe de travail chargé de réaliser l'étude de faisabilité sera formé de cinq personnes, parmi lesquelles deux anciens de la candidature de Sion-Valais 2006: un responsable des sites de compétition, un chargé de l'accueil et de l'hébergement, un spécialiste des finances et du budget, un chargé de communication et un responsable du marketing. Ces derniers seront assistés par un certain nombre de conseillers, dont le directeur de la Fondation Aide sportive suisse, Edwin Rudolf, dans le domaine du marketing. «Le rôle de Christian Constantin (n.d.l.r.: l'ancien président du FC Sion, qui a mis en contact Seppey et le syndic de Montreux Pierre Salvi) reste à définir, précise Jean-Pierre Seppey. Je ne peux pas vous dire s'il fera partie ou non du groupe de travail. Mon but est de créer une association de droit privé, avec un président qui ne soit pas un politicien.»

Ce groupe d'étude va se mettre au travail ces prochaines semaines. L'Association olympique suisse remettra en février un échéancier aux responsables des trois projets de candidature: Montreux, Grisons («un autre concurrent de qualité», estime René Burkhalter) et Oberland bernois. Jean-Pierre Seppey aimerait soumettre un premier concept à la municipalité de Montreux en avril. Puis le parlement de l'AOS devrait choisir un des trois projets au début de l'année 2001. Avant la désignation de la ville hôte des Jeux par le CIO probablement en 2003.