Volte-face. Le conseil d'administration de Neuchâtel Xamax SA a revu ses exigences très nettement à la baisse. Conséquence: Gian Paolo Bonora, 58 ans, homme d'affaires italien, sera le nouvel homme fort du club. «Lundi, nous avons reçu son refus (lire nos éditions du 15 janvier dernier). Il n'acceptait pas notre proposition: souscrire 1,3 million de francs suisses de capital-actions pour devenir actionnaire majoritaire», explique Georges Sandoz, président du conseil d'administration de la SA. Cette prise de position ferme a changé la donne. «Nous avons alors refait un tour de table et deux solutions se présentaient à nous, continue Georges Sandoz. Continuer sur la voie de ces dernières saisons avec les éternelles difficultés sportives et financières ou prendre le risque de tenter la solution italienne. Cette deuxième piste a prévalu au sein du conseil d'administration.» Sans solution de rechange, les dirigeants neuchâtelois ne pouvaient se payer le luxe de laisser capoter cette affaire.

Signature jeudi

Concrètement, les deux parties doivent encore signer la convention. Pour ce faire, une délégation du conseil d'administration se rendra ce jeudi à Bologne. «J'espère vraiment qu'on aille au bout. Que cela ne capote pas», souffle enfin Georges Sandoz. Son vœu devrait être exaucé: les principaux points de la convention correspondent aux souhaits de Gian Paolo Bonora. «La responsabilité sportive de la première équipe revient au partenaire italien de Neuchâtel Xamax. Ce dernier mettra ainsi à disposition à très court terme, en vue du démarrage du tour de promotion-relégation LNA/LNB, des joueurs importants d'origine suisse ou italienne, dont les noms seront arrêtés prochainement et qui viendront renforcer le contingent actuel. En revanche, la formation et les autres équipes restent du domaine exclusif de Neuchâtel Xamax. La valeur des joueurs mis à disposition ne pourra pas être comptabilisée en vue d'une augmentation du capital. En revanche, au 30 juin prochain, Gian Paolo Bonora aura la possibilité de souscrire 50% du capital-ac-

tions (et non plus 51%, comme envisagé précédemment), moyennant la prise en compte des charges salariales qui auront été payées par lui durant le tour de promotion-relégation, à laquelle s'ajoutera un paiement en espèces», lit-on dans le communiqué du club. «Je vais investir quelque 850 000 francs jusqu'au 30 juin», précise Gian Paolo Bonora. Il n'aurait alors que 400 000 francs à verser pour détenir 50% du capital. Ce montant pourrait même être moins élevé si Neuchâtel Xamax SA utilise une partie de son capital pour payer les créancies et amortir les pertes de la saison en cours.

Nouvel entraîneur

Franchement fâché la semaine dernière parce qu'il avait l'impression «d'avoir des personnes hostiles à son égard», Gian Paolo Bonora est désormais plus serein. Pas étonnant puisqu'il a gagné son bras de fer avec les dirigeants neuchâtelois. Allez-vous accepter ces nouvelles propositions? «Oui. J'oublie tout ce qui a pu se dire: ma mentalité d'entrepreneur prévaut. Les conditions que j'avais posées ont été acceptées. Elles vont me permettre de travailler sans entrave. Il n'y a plus que des points de détail à discuter. Sur les clauses fondamentales, nous sommes d'accord», répond-il. L'homme d'affaires bolonais, qui dirige le groupe Grip Italia, une société active depuis 20 ans dans le sport et particulièrement dans l'organisation de manifestations, va pouvoir mettre en place sa politique sportive en ayant les coudées franches.

«Renato Villa sera le nouvel entraîneur. Nous allons tester une douzaine de joueurs et cinq devraient rejoindre l'équipe. Mon staff comprend également un préparateur physique et une personne chargée du marketing», explique Gian Paolo Bonora. Georges Sandoz précise: «Alain Geiger est notre entraîneur jusqu'à la signature de la convention. A ce moment-là, il est libre de conclure avec Gian Paolo Bonora ou de s'en aller. Il sera payé jusqu'au 30 juin, date d'expiration de son contrat.» Alain Geiger est destiné au repos forcé.

Les arrivées d'Enrico Annoni (35 ans) et de Dario Morello (33 ans) sont pratiquement acquises. Et Gian Paolo Bonora ne désespère pas de convaincre Kubilay Türkyilmaz, actuellement à Brescia (série A), de rejoindre Renato Villa. Les deux hommes ont joué ensemble au début des années 90 à Bologne. L'équipe sera en stage de préparation pendant quinze jours à Marino (Latium) dès le 22 janvier prochain. Un match amical – contre l'AS Rome ou Naples – est prévu durant cette période. «Place aux faits maintenant. Je veux venir en Suisse pour gagner», a conclu Gian Paolo Bonora.