D’Etoile Carouge à l’Etoile Rouge, de la Coupe de Suisse à la Ligue des champions, d’un gazon sablonneux à une parfaite pelouse synthétique, du talus de la Fontenette aux tribunes vociférantes du Wankdorf, la semaine proposait deux défis très distincts à Young Boys. Celui qui s’annonce mardi prochain au légendaire Marakana de Belgrade ne sera pas mal non plus. Accroché à domicile (2-2), YB devra aller chercher sa qualification à l’extérieur (victoire ou match nul 3-3 ou plus). Pas impossible, car dans ces matchs qualificatifs, l’équipe qui se déplace est souvent plus à l’aise, mais pas simple non plus.

A propos des affrontements entre supporters: Des violences en marge du match entre Youg Boys et Belgrade font 5 blessés

Un nouveau contexte

Entre les départs (Mbabu, Benito, Sow, Von Bergen) et les blessures (Hoarau, Camara, Sulejmani), Young Boys n’a en ce début de saison plus grand-chose à voir avec l’équipe double championne de Suisse. Au coup d’envoi contre l’Etoile Rouge, Gerardo Seoane titularisait quatre nouveaux arrivés et trois joueurs qui n’étaient que remplaçants les saisons passées. Ce n’est pas forcément une question de niveau, mais certainement d’adaptation à un nouveau contexte et à de nouvelles responsabilités. L’entrée de Guillaume Hoarau à vingt minutes de la fin fut ainsi saluée comme une libération. Avec raison car, sur son premier ballon, le Réunionnais transformait tranquillement un penalty attribué par la VAR (2-2). Pour ceux qui ont pu revoir l’action sur leur écran personnel (les écrans géants du stade ne la montrent pas), il y avait bien faute sur Ngamaleu. A cinq minutes de la fin, Hoarau, devançant de la tête une sortie hasardeuse du gardien serbe, faillit même donner la victoire aux Bernois, mais le défenseur Gobeljic sauva sur sa ligne. Un autre coup de tête, toujours de Hoarau mais non cadré celui-là (88e), rasa encore le poteau serbe.

C’est déjà grâce à un coup de tête – une déviation de Nsamé pour Assalé – que YB avait ouvert les feux dès la 7e minute. Fidèle à son style direct et incisif, le champion de Suisse semblait bien parti. Mais l’Etoile Rouge égalisait dix minutes plus tard par Degenek, une tête lobée au second poteau qui ressemblait plus à un panier à trois points qu’au premier tir cadré serbe du match, et à partir de là, le match changea.

Youg Boys très emprunté pendant trente minutes

S’il n’a plus sa splendeur d’antan, le grand club de Belgrade possède toujours des joueurs d’une grande habileté technique, qui maîtrisent également une science d’un tout autre registre, celle du rythme à impulser à une rencontre, entre conservation de balle, accélérations foudroyantes et pourrissement des temps forts adverses (en commettant des fautes ou en exagérant celles subies). De la 30e à la 60e minute, YB parut très emprunté face à un tel adversaire, se faisant souvent transpercer dans l’axe. Marin (sauvetage de Lustenberger sur la ligne, 36e) puis Boakye (sortie in extremis de Von Ballmoos) faillirent marquer, ce que réussit Mateo Garcia Ezequiel dès la reprise (46e), à la conclusion d’une action un peu trop limpide pour que la défense bernoise n’y ait pas quelque chose à se reprocher.

Heureusement pour Young Boys, l’entraîneur serbe Vladan Milojevic fit presque immédiatement sortir son buteur pour introduire un demi-défensif supplémentaire. L’Etoile Rouge acceptait de subir. Elle y parvint jusqu’à l’entrée de Hoarau.