Wengen a souvent souri à Bode Miller. L’Américain, qui n’avait plus goûté au succès depuis mars 2008, a décroché vendredi dans la station bernoise sa troisième victoire et son huitième podium en s’imposant dans le super-combiné devant Carlo Janka et Silvan Zurbriggen. «Je ne parlerais pas d’histoire d’amour avec le Lauberhorn, mais c’est une piste pour laquelle on peut facilement s’enflammer, confie le génie de Franconia, particulièrement amène. C’est très varié. C’est une vraie classique. Quand vous ouvrez les livres d’histoire, vous voyez tous les grands skieurs qui ont gagné ici.» Il poursuit: «Cette piste, incroyablement exigeante physiquement, représente un vrai défi. Surtout, si vous skiez pendant cinq jours en comptant les entraînements. Chaque année, ils lui enlèvent un peu de mordant. C’est dommage. Il y a quinze ans, c’était le test ultime.»

A un mois des JO de Vancouver, cette victoire annonce le retour de Miller sur le devant de la scène. Après une pause prolongée au lendemain des Mondiaux de Val d’Isère, il a sérieusement songé à la retraite pendant l’été avant de décider de réintégrer l’équipe US. Une remise en question qui a entamé sa préparation. Après un début de saison poussif, il retrouve enfin sa verve. «Je ne suis pas encore au top de ma forme, mais ça va dans le bon sens. Alors que d’habitude, c’est à la mi-janvier que je commence à faiblir après avoir débuté fort», précise-t-il en riant.

Carlo Janka, son dauphin, n’est pas surpris de le retrouver aux avant-postes. «C’est un si bon skieur qu’il peut toujours revenir. Il est capable de skier comme personne d’autre. C’est un athlète exceptionnel. L’un des meilleurs. C’était difficile de le battre aujourd’hui», souligne le Grison. Silvan Zurbriggen est tout aussi élogieux: «Je suis content pour Bode. Il a eu un début de saison difficile. C’est un grand skieur et un super-gars. Toujours sympa avec nous. Wengen lui convient bien et aujourd’hui, il était le meilleur.» Il pourrait l’être encore samedi pour la descente. Il l’avoue, il lui en reste encore un peu dans les jambes.