Football

La revanche du FC Zurich

Quatre jours après avoir été relégué de Super League, le club zurichois a remporté la Coupe de Suisse. La saison prochaine, il jouera en Europa League, et en Challenge League

Il n'y avait pas d'équipe romande en finale de la Coupe de Suisse, dimanche après-midi, mais plusieurs joueurs francophones évoluaient de part et d'autre, à Zurich et Lugano. Et notamment les deux gardiens vaudois Anthony Favre, côté alémanique, et Mirko Salvi, côté tessinois, qui ont chacun joué un rôle déterminant au cours de la partie. Le premier aura été un des héros du jour en arrêtant, quelques instants après l'avoir provoqué, un penalty à la demi-heure de jeu. Le second gardera un souvenir plus pénible de la rencontre. 41e minute de jeu, corner zurichois, le jeune et talentueux portier semble capter la balle, mais elle lui échappe et Sangoné Sarr surgit pour inscrire, d'un tir rageur, le 1-0. Plus rien ne sera marqué et le FC Zurich soulèvera la neuvième Coupe de Suisse de son histoire.

Chaque rencontre sportive a sa propre histoire, mais certaines relèvent d’une dramaturgie plus complexe que d’autres, véhiculent des sentiments plus ambivalents. Dimanche après-midi, la finale de la Coupe de Suisse était de celles-ci. La partie était la revanche de la lutte contre la relégation de Super League, quatre jours après son épilogue. Mercredi, Lugano avait sauvé sa place dans l’élite, condamnant au passage le FC Zurich à évoluer en deuxième division pour la première fois depuis 1990. Dimanche, les deux formations se retrouvaient pour le dernier acte de la saison de football dans le pays, un événement en général synonyme de fête, mais qui ne pouvait cette fois-ci être qu'une revanche; ou un coup de grâce.

Par hasard, la finale se déroulait cette année au Letzigrund, l'antre du FC Zurich. Le 2 mars dernier, quand l'équipe a décroché sa qualification en battant le FC Sion 3-0, les joueurs se réjouissaient sans doute de l'opportunité de soulever la Coupe de Suisse à domicile. Vu les circonstances, il n'y avait peut-être guère d'avantage à évoluer devant des supporters qui n'avaient pas encore digéré l'amertume de la relégation.

Dans les trams qui acheminaient les spectateurs vers le stade, l’ambiance était lourde, les mines grises, et le ciel chargé n’égayait pas le tableau. Dans le stade, les supporters zurichois avaient déployés une immense banderole invitant leurs joueurs à «gagner la finale, rentrer à la maison et continuer à avoir honte». Le tirage au sort avait désigné le FC Lugano comme équipe «recevante» et ironiquement, c'est bien les Tessinois qui semblaient évoluer à domicile en début de partie. Leurs supporters chantaient sans arrêt, quand ceux du FC Zurich se taisaient. Et sur la pelouse, ce sont aussi les Bianconeri qui se montraient le plus entreprenant.

Appliquant les consignes ultra offensives de l'entraîneur Zdenek Zeman, le FC Lugano a eu plusieurs opportunités d'ouvrir la marque, notamment sur ce penalty détourné par un Anthony Favre qui a, pour le coup, fait bon usage de son impressionnante envergure. Peu avant la pause, c'est le FC Zurich qui pouvait ouvrir la marque sans s'être montré particulièrement dangereux auparavant. Alors, petit à petit, le public du Letzigrund a rappelé que la partie se déroulait en terres zurichoises et quand, une fois les dernières attaques tessinoises contrecarrées, l'arbitre a sifflé la fin du match, il a enfin exulté. La victoire en Coupe n'efface pas la douleur de la relégation, mais elle permet de contraster le bilan de l'exercice.

Surtout, elle préfigure d'une saison très particulière sur les bords de la Limmat. Le FC Zurich participera en parallèle au championnat de Challenge League et à l'Europa League. Il affrontera Le Mont, Wohlen et Schaffhouse d'un côté et, peut-être, certaines des plus grandes écuries européennes de l'autre. Ce n'est pas la première fois que pareille situation se produit en Suisse. Le Lausanne-Sport avait disputé l'Europa League en 2010-2011 alors qu'il évoluait en deuxième division. Son aventure européenne s'était arrêtée après la phase de groupes, mais il avait obtenu sa promotion en Super League au niveau national. Le FC Zurich cherchera à faire pareil et s'il y parvient, il tiendra vraiment sa revanche.

Publicité