Après l’amertume du bob à 2, la reconquête en bob à 4. Ainsi pourrait être résumée la mission qui attend le quatuor Ivo Rüegg/ Thomas Lamparter/Beat Hefti/Cédric Grand vendredi et samedi (dès 22h en Suisse) sur la piste olympique de Whistler Mountain.

Candidats au podium en «boblet», les Suisses avaient déchanté la semaine dernière. Pour Beat Hefti et Daniel Schmid, blessés lors des entraînements, il n’y avait même pas eu de compétition. Dernière équipe en lice, le tandem Rüegg/Grand avait échoué à la quatrième place, la pire de toutes.

Après cette succession de désillusions, la bonne nouvelle était venue du retour d’Hefti, remis de sa commotion cérébrale. Juste avant le début des Jeux, l’Appenzellois avait renoncé à ses fonctions de pilote en bob 4 pour se mettre aux services d’Ivo Rüegg.

Avec le Schwytzois aux commandes et Hefti/Lamparter/Grand comme pousseurs, le bob helvétique réunit ce qui se fait de mieux au pays dans une seule embarcation. Ensemble, les quatre hommes ont déjà signé plusieurs coups d’éclat, dont un titre de champion du monde à St-Moritz en 2007.

Tradition à perpétuer

Cette «dream team» reconstituée pourrait toutefois revenir en Suisse avec une appellation moins élogieuse, si elle devait manquer le podium. Dans l’histoire des Jeux, seules les éditions d’Innsbruck 1964 et St-Moritz 1928 se sont soldées sans au moins une médaille helvétique. Pour une discipline traditionnellement pourvoyeuse de médailles (30 en tout, 2e total derrière le ski alpin), cela ferait tache.

La concurrence s’annonce rude pour Rüegg et ses hommes, notamment celle représentée par Andre Lange. L’Allemand cessera la compétition après ces joutes. Avant cela, il souhaite signer un ultime exploit: devenir le premier à réussir le doublé bob à 2/bob à 4 lors de deux JO consécutifs. Le porte-drapeau de la délégation allemande à Vancouver a réussi la première moitié de sa mission en triomphant dimanche dernier avec Kevin Kuske.

Outre les Allemands, les Américains, les Russes et les Canadiens sont des prétendants sérieux au podium. A l’instar des Suisses, Lyndon Rush a une revanche à prendre à Whistler. Le Canadien était en lice pour les médailles samedi dernier avant de se retourner et de ruiner toutes ses chances.