Il y a un apparent paradoxe à boucler une année sportive marquée par de (trop) nombreuses affaires d’abus sur de jeunes athlètes par un film biographique à la gloire de Richard Williams, l’homme qui a un jour décidé de faire de ses filles Venus et Serena des championnes de tennis, sans trop leur demander leur avis. Elles y sont parvenues, totalisant 30 titres du Grand Chelem et cinq médailles d’or olympiques, devenant chacune numéro une mondiale avant que l’aînée ne laisse sa cadette devenir la plus grande joueuse de l’histoire du jeu.