Simone Biles qui chancelle

Simone Biles aurait pu devenir, à Rio, la première gymnaste à remporter cinq médailles d’or. A 19 ans, la prodigieuse Américaine avait déjà été couronnée par équipes, au concours général et au saut de cheval; restait la poutre et le sol pour se tailler une légende inédite.

La poutre: elle y est double détentrice du titre mondial; elle y a écrasé ses rivales en qualifications à Rio. Quand elle grimpe sur l’agrès de dix centimètres de large, c’est comme si elle avait déjà la médaille d’or autour du cou. Au micro de la RTS, Jean-François Rossé remarque qu’il n’a jamais vu Simone Biles chuter et il s’en émerveille. A cet instant, l’Américaine se fourvoie en réception d’un salto avant. Elle chancelle, doit se rattraper avec les mains pour ne pas tomber de la poutre: cela suffit pour que les juges considèrent qu’elle a chuté.

Elle boucle son passage en une sortie merveilleuse, mais le mal est fait, de précieux points sont perdus, Sanne Wevers (Pays-Bas) et Lauren Hernandez (Etats-Unis) terminent devant elle. C’est un coup de tonnerre et pourtant elle sourit, rigole avec ses copines pendant la fin du concours. Les Jeux olympiques brouillent parfois les perspectives: après tout, elle peut encore remporter quatre médailles d’or à Rio. Cela ferait d’elle l’égale de la Soviétique Larissa Latynina (1956), la Tchécoslovaque Vera Caslavska (1968) et la Roumaine Ecaterina Szabo (1984). Ce ne serait déjà pas si mal.


L’amertume de Renaud Lavillenie

Renaud Lavillenie, lui, n’aura pas de deuxième chance. Champion olympique en titre, le Français abordait le concours de saut à la perche dans la peau du grand favori. Mais les circonstances ne lui ont pas facilité la tâche. Il y a d’abord eu l’interruption des compétitions d’athlétisme à cause d’importantes averses. Et puis ce stade totalement hostile, parce qu’un Brésilien était de la partie. A 22 ans, Thiago Braz n’est pas un inconnu: il a été champion du monde des juniors en 2012.

Mais Renaud Lavillenie domine néanmoins le concours jusqu’à 5,98 mètres. Son rival décide alors de tenter un coup de poker. Il faut l’impasse sur cette hauteur pour s’attaquer à une barre de 6,03 mètres. Et la franchit. Stupeur. Le Français tente 6,08 mètres mais échoue. Il quitte le concours en argent, frustré de la «mauvaise ambiance» qu’il y a eu dès que les deux hommes ont été en concurrence. «C’est la première fois que je me fais siffler en bout de piste, a-t-il dit, cité par Le Monde. Malheureusement, on voit ça un peu trop souvent au foot, on était un petit peu à l’abri en athlé… J’espère juste qu’en 2024, on aura les Jeux à Paris et que je lui rendrai la monnaie de sa pièce.»

Lire aussi: A Rio, les sifflets ne servent pas que pour Carnaval


Des athlètes suisses déçus

Troisième de sa série sur 200 m, Munjinga Kambundji participera aux demi-finales de l’épreuve. Voilà pour le bon résultat de l’athlétisme suisse lundi à Rio. Pour le reste, les espoirs ont été douchés. En finale du 3000 m steeple, Fabienne Schlumpf a chuté dans un virage et fini la course péniblement en 18e et dernière position. Quelque part, la Zurichoise avait déjà réussi ses Jeux lors des séries, lorsqu’elle avait explosé son record national en 9'30''54.

La pilule était plus difficile à avaler pour Kariem Hussein. Il a été éliminé dès les séries du 400 m haies, lui qui rêvait de finale. Mais il n’avait pas atterri à Rio dans de bonnes conditions. Diminué par une entorse à une cheville, n’a couru qu’en 49''80, à plus d’une seconde de son record personnel. Après la course, il dira qu’il ne se serait même pas élancé s’il s’était agi d’une autre compétition: trop de douleurs. Cela ne suffira pas à faire oublier la déception.

Au couloir 1, sur une piste détrempée, Léa Sprunger a connu la même désillusion dans la même discipline. Elle faisait partie des athlètes les plus cotées de sa série, mais elle est complètement passée à côté de sa course, terminant quatrième et échouant même à être repêchée au temps. Destins liés: Kariem Hussein et elle s’étaient distingués en ramenant du bronze des Championnats d’Europe d’Amsterdam. Ils rentreront du Brésil avec de moins bons souvenirs.

Lire aussi: Les 400 coups de Lea Sprunger


Nos articles sur les résultats des Suisses aux JO