FOOTBALL

River-Boca, la finale déracinée

La délocalisation dimanche à Madrid de la finale de la Copa Libertadores était pour les centaines de milliers d’Argentins émigrés en Espagne une douloureuse aubaine, qui a paradoxalement rapproché les vainqueurs de River Plate et les vaincus de Boca Juniors

«Les Mexicains descendent des Aztèques, les Péruviens des Incas et les Argentins des bateaux», ironise un dicton bien connu en Amérique latine. Construite au fil des cinq derniers siècles à coups de nombreuses vagues d’immigration (principalement européennes), l’Argentine a longtemps été l’eldorado des populations persécutées et pauvres, venues chercher fortune sur les rives du Rio de la Plata. Depuis les années 1930, la nation du libérateur José de San Martin vit au rythme des crises économiques; celle, explosive, de décembre 2001 ayant vu le président de la république Fernando De la Rua prendre la fuite à bord d’un hélicoptère au-dessus de la Plaza de Mayo, avant que des dizaines de milliers d’Argentins ne prennent la route inverse de leurs ancêtres, direction le Vieux Continent.

Lire aussi: «Ce match va accentuer la «footballisation» de la société argentine»

Une «bonne image» de l'Argentine

Dimanche, une partie de ces déracinés a pu vivre la Superfinale de la Copa Libertadores à Madrid, «le seul autre endroit où les Argentins pouvaient jouir de cette finale», selon Alejandro Dominguez, le président de la Conmebol. «Ça m’a fait de la peine pour mes amis qui vivent là-bas, soupire Ariel Bustamante (45 ans), un supporter de River Plate qui a quitté Buenos Aires en mai 2004 pour s’installer à Palamos, une station balnéaire catalane, et travailler comme barbier à Barcelone. Au départ, je ne voulais pas venir à cette finale car je n’étais pas d’accord avec le fait qu’elle soit délocalisée à Madrid. Puis je me suis dit que c’était une occasion unique que je ne pouvais pas laisser passer. Je suis heureux que tout se soit déroulé sans heurt, nous avons donné une bonne image de notre pays et montré que nous ne sommes pas tous comme ces quatre énergumènes qui ont caillassé le car de Boca.»

Voir jouer Boca ici, c'est comme si j'avais gagné à la loterie

Adrián Boschetto, émigré à Madrid depuis 2000

Fanatique des Bosteros (les Bouseux, l’un des surnoms de Boca Juniors) mais aussi de l’Atlético Madrid de Diego Simeone, «les clubs du peuple», Adrián Boschetto (56 ans) s’est installé dans la capitale espagnole en 2000. «Nous sommes partis juste avant le corralito (limitation du change de devises décidée par le gouvernement argentin à la fin de l’année 2001) avec ma femme et mes deux filles car la situation empirait de jour en jour, raconte ce dentiste qui n’a pas tardé à retrouver du travail dans son pays d’adoption. Les péripéties qui ont abouti à ce que cette finale se joue ici sont la conséquence de la situation sociale et politique catastrophique dans laquelle se trouve l’Argentine.»

Lire également: Boca-River, Superclasico et grande première

Dimanche soir, il se réjouissait malgré tout de revoir de ses propres yeux son «Boca querido» (bien aimé) à Santiago-Bernabeu. «J’effectuais souvent huit cents kilomètres en car simplement pour aller voir jouer Diego Maradona à la Bombonera, relate ce natif de Morteros, une petite ville de la province de Cordoba. Voir jouer Boca ici, cela relève de l’utopie, c’est comme si j’avais gagné à la loterie. D’un autre côté, j’étais triste pour mes amis qui ont dû suivre le match à la télé, d’autant que c’était assez ironique que la Copa Libertadores [la coupe des libérateurs] se dispute en Espagne, dont nous nous sommes libérés il y a plus de deux cents ans…»

Un journaliste sponsorisé pour couvrir l’événement

Croisé dans la tribune de presse de Santiago-Bernabeu, Sergio Rek (53 ans), journaliste de Fox Sports et Radio Late 93.1, a travaillé comme correspondant en Espagne de 2002 à 2008 pour des médias argentins, mais aussi américains ou chinois. Il se verrait bien poser à nouveau ses valises dans le sud de l’Europe. «Je veux offrir à mes enfants un meilleur avenir que celui qui se dessine dans notre pays, indique ce papa d’un garçon de 17 ans, qui s’apprête à entrer à l’université, et d’une fille de 10 mois. Je préférerais rester vivre en Argentine, car c’est mon pays et là où vivent les êtres qui me sont chers, mais là-bas il est de plus en plus difficile d’accéder aux biens de consommation, de pouvoir économiser pour s’acheter une maison ou une voiture, alors qu’ici, il y a une tonne d’opportunités.»

Pour effectuer ce déplacement coûteux et couvrir «la Final del mundo», comme elle était présentée en Argentine, il a dû se débrouiller sans le soutien des médias pour lesquels il travaille, grâce à un sponsor personnel (une entreprise médicale pour qui il fait de la pub dans ses émissions, une pratique courante en Amérique du Sud) qui lui a payé une partie de son billet d’avion. «La Conmebol (la Confédération sud-américaine de football) avait attribué 5000 billets aux supporters des deux équipes qui souhaitaient venir d’Argentine voir ce match. Ils n’en ont vendu que la moitié, car la plupart de mes compatriotes ne peuvent pas se payer un tel voyage.»

J'ai hésité trois nuits avant d'acheter mon billet

Luciano Maccarone, supporter de River venu d'Argentine

Débarqué en avril dernier à Lanzarote (îles Canaries) avec un visa touristique, Nacho (18 ans) fait partie de la dernière génération qui a choisi de partir pour l’Europe, fuyant l’inflation constante et les difficultés à trouver un emploi. Il préfère taire son nom de famille car il a dépassé la date limite de son séjour autorisé en Espagne (six mois). Il nourrit l’espoir d’être prochainement régularisé par le biais de sa mère, d’origine italienne. «Je me suis échappé d’Argentine car les travailleurs n’y sont plus protégés, explique le jeune homme originaire de Mar del Plata, embauché au noir par son oncle, propriétaire d’un atelier mécanique. Notre pays est de plus en plus divisé entre les néo-libéraux et les gens de gauche, comme moi.» Pour chanter à la gloire de Boca Juniors dans le virage sud de Santiago-Bernabeu, il a pris l’avion et le risque de se faire renvoyer en Argentine. «Le pire qu’il puisse m’arriver c’est qu’on me renvoie chez moi, lance le supporter xeneize (de Boca). Mais comme je reste dans les frontières de l’Espagne, il n’y a pas de raison qu’on me demande mon passeport…»

Luciano Maccarone (37 ans) fait, quant à lui, partie des rares privilégiés qui ont pu s’offrir un vol transatlantique pour assister à cette rencontre historique pour le football argentin. «Lorsque la Conmebol a décidé que le match devait se jouer ici, j’étais en colère, peste d’abord ce Porteño (de Buenos Aires) qui a dépensé plus de 3000 francs suisses (billet d’avion, hôtel, entrée pour le match…) pour afficher son soutien aux Millonarios (les joueurs de River Plate). Ce match aurait dû se disputer au Monumental, ou tout du moins en Argentine, il n’était pas nécessaire d’aller si loin… C’est injuste pour tous ceux qui ont soutenu l’équipe au fil de la compétition. La grande majorité de mes amis n’ont pas pu venir. J’ai fini par prendre mon billet après trois nuits sans parvenir à trouver le sommeil. Car malgré la tristesse et tout le business qu’il y a derrière cette décision, je tenais à accompagner mon équipe.»

Avec la victoire de River (3-1) à l’issue d’une finale poussive mais épique, ce responsable d’une entreprise de construction n’a pas eu à regretter son choix. «Je ne peux rien demander de plus, ce que je viens de vivre est unique, cela restera gravé dans ma mémoire toute ma vie, jubile Luciano, qui a célébré la victoire une bonne partie de la nuit sur l’esplanade de la Puerta del Sol, dans le centre-ville madrilène, où se sont massés les supporters riverplatenses après le match. Cette victoire est dédiée à tous les supporters qui n’ont pas pu venir jusqu’ici. On aurait mérité de fêter ce titre tous ensemble chez nous.»


Victor Hugo Morales: «L’unique source de joie pour nombre de Sud-Américains»

Le célèbre commentateur uruguayen estime que la passion pour le ballon rond occupe un espace démesuré en Argentine comme chez ses voisins

Le Temps: Quel regard portez-vous sur les événements qui ont conduit à disputer cette finale à Madrid?

Victor Hugo Morales: C’est une honte pour l’Argentine, le match n’aurait jamais dû se jouer ici. Cela restera un chapitre obscur de notre football. Les autorités nationales n’ont pas été capables d’assurer la sécurité de cette rencontre. J’étais triste lorsque la Conmebol a décidé d’organiser le match ici, mais si on fait le bilan, avec ce match plein d’émotions, on peut se dire que du ventre de la frustration est née la joie de cette belle soirée pour le football argentin.

Le football argentin ne traverse pas sa meilleure période…

D’un point de vue purement sportif, ce n’est pas vrai, car deux équipes argentines viennent de jouer la finale la plus importante du continent après avoir éliminé des clubs brésiliens (Grêmio Porto Alegre pour River, Palmeiras pour Boca), l’autre grande puissance régionale, et les autres équipes restent loin derrière. Certes, entre le football européen et sud-américain il existe au moins une marge de différence, mais l’Argentine continue de dominer sur son continent.

Qu’avez-vous pensé de ce match?

La première mi-temps a été épouvantable, mais le but de Boca en fin de première mi-temps nous a garanti une seconde partie plus animée. En effet, River n’avait pas d’autre choix que d’aller chercher l’égalisation et a donc dû se découvrir, laissant des espaces à Boca.

Il a beaucoup été dit que le perdant porterait éternellement le poids de cette défaite…

Dans le football, les retombées de la victoire sont largement inférieures à celles de la défaite. A moins que l’on ne vous offre une revanche immédiate. Mais ce ne sera pas le cas cette fois-ci. River ne va pas se priver de narguer Boca durant des années et des années en faisant référence à ce match.

L’Argentine ne souffre-t-elle pas d’une obsession maladive pour la victoire?

Pas seulement l’Argentine. Il serait bon que tous les peuples d’Amérique du Sud disposent d’autres objets de libido, d’un éventail plus large de satisfactions. Car pour une partie d’entre eux, le football est souvent l’unique source de joie dans leur quotidien.

Publicité