Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Tennis

Roger Federer, l'homme qui dit non

L’annonce de son forfait à Roland-Garros en est la dernière illustration: réputé consensuel, le Bâlois n’a en fait jamais craint de prendre des décisions tranchées, souvent difficiles et parfois critiquées

«Nein». Il l’a dit autrement bien sûr, en anglais, avec des regrets dans la forme et des espoirs d’avenir pour les fans. Mais sur le fond, le seul mot qui importe, c’est celui-là. Non. Roger Federer a tranché sans état d’âme: il ne jouera pas à Roland-Garros (du 29 mai au 11 juin), malgré les suppliques du directeur du tournoi Guy Forget («Roger m’a promis qu’il sera là», se persuadait-il le mois dernier), la pression des fans, l’envie des sponsors, son plaisir personnel aussi, et la tentation de marquer des points dans la course à la première place du classement mondial.

Lire aussi: Pas de Roland-Garros pour Roger Federer

Depuis son fantastique début de saison (victoires à l’Open d’Australie et aux Masters 1000 d’Indian Wells et de Miami), tout le monde espérait du Bâlois qu’il sorte de sa retraite entamée début avril. Le suspense est retombé et l’amateur de tennis constate brutalement, tel le prétendant éconduit qui se rend compte qu’il s’était fait un film, que cette issue était assez prévisible. Par le passé, Roger Federer a souvent pris des décisions tranchées, parfois douloureuses, parfois impopulaires, mais qui lui semblaient nécessaires. Retour sur six moments clés où «Roger le Neinsager» a su s’arrêter pour mieux repartir.

2001: non à Jakob Hlasek

Roger Federer s’est assuré durant la saison 2000 la présence de trois personnes essentielles à son épanouissement: l’entraîneur Peter Lundgren, le préparateur physique Pierre Paganini, son amie Mirka Vavrinec. Il se sent bien, sauf en Coupe Davis où la dégradation des relations Hlasek-Rosset pourrit lentement mais sûrement l’ambiance. Lorsque Jakok Hlasek exclut Marc Rosset, Federer prend fait et cause pour le Genevois: «Je ne veux pas de Jakob Hlasek sur la chaise de capitaine, je suis choqué par cette décision, je ne me prive pas de le dire et je le répéterai…»

En avril 2001 à Neuchâtel, le jeune Bâlois (19 ans) refuse tout contact avec son capitaine aux changements de côté. Sitôt le match terminé (et perdu), le déjà patron du tennis helvétique met les choses au point: il ne jouera plus en Coupe Davis tant que Jakob Hlasek en sera le capitaine. «J’invite Swiss Tennis à trouver une solution pour l’avenir.» Elle tombera vite. Hlasek est poussé vers la sortie quelques mois plus tard.

2003: non à la défaite

Depuis sa victoire sur Pete Sampras en huitième de finale de Wimbledon en 2001, Roger Federer alterne le bon (sixième mondial fin 2002) et le moins bon, surtout en Grand Chelem. Présenté comme un outsider du Roland-Garros 2003, il chute au premier tour contre le modeste Péruvien Luis Horna. «Le pire souvenir de ma carrière», dira-t-il. Mais un moment fondateur.

«Après ça, j’ai refusé de perdre», dira-t-il. Perdre son temps. Perdre sa ligne de conduite. Le mois suivant, il débarque à Wimbledon en mode commando. Pas d’interview, pas de double, pas d’entraînement public, pas de grand hôtel. Il sait qu’il joue gros, qu’il ne peut plus décevoir. Il ne déçoit pas. Il remporte le tournoi, reçoit la coupe et embrasse pleinement son destin.

Lire aussi: Roger Federer, pour l’amour du jeu

2007: non à la routine

Intouchable pendant trois ans, Roger Federer vient de remporter consécutivement Wimbledon, l’US Open et l’Open d’Australie lorsqu’il annonce le 13 mai 2007, à deux semaines de Roland-Garros, qu’il se sépare de son entraîneur, Tony Roche. «J’étais triste de lui annoncer la nouvelle et il a eu l’air surpris», reconnaîtra-t-il par la suite.

La peur de stagner, le besoin de changer quelque chose. Il avait déjà pareillement tranché dans le vif en choisissant Peter Lundgren plutôt que son formateur Peter Carter en 2000, puis en se séparant du même Lundgren en décembre 2003. «C’était bien que nous nous soyons dit les choses en face, avec Tony. Je ne l’avais pas vraiment fait avec Peter, je le lui avais dit par téléphone.»

2010: non à la Coupe Davis

Mais où est Roger? C’est la question que tout le tennis suisse se pose en septembre 2010 alors que l’équipe de Coupe Davis quitte le groupe mondial dans l’anonymat d’une défaite à Astana. Une semaine plus tôt, la Suisse alignait pourtant deux joueurs en quarts de finale de l’US Open. Mais seul Stanislas Wawrinka a fait le déplacement jusqu’au Kazakhstan. Pour la première fois, les critiques pleuvent sur l’idole. Même Adolf Ogi juge qu’il «aurait dû faire un effort pour son pays».

Mais depuis 2006, Roger Federer privilégie sa carrière individuelle et «dépanne», au coup par coup, lorsqu’il le juge compatible avec son agenda. Le rêve de voir un jour la Suisse remporter un jour la Coupe Davis s’éloigne, définitivement craignent les pessimistes. Mais la chance reviendra en 2014. Et Federer sera là pour convaincre les sceptiques et prouver qu’une fois encore, le temps lui donnait raison.

2016: non au N° 1

Blessé au lendemain de sa demi-finale à l’Open d’Australie, Roger Federer doit se résoudre à la première opération de sa carrière. Il veut revenir, vite, mais les douleurs polluent son esprit. Il zappe une première fois Roland-Garros, est un peu court à Wimbledon (demi-finale) et décide de mettre un terme à sa saison le 8 juillet. Un choc, qui modifie radicalement sa façon de voir le tennis. «Maintenant, j’accepte de me dire qu’il sera très difficile de redevenir numéro un un jour, explique-t-il à Dubaï dans une interview exclusive au Temps. Je ne dis pas que ça me fait plaisir, mais je l’accepte. J’accepte aussi que sur un tournoi, les favoris soient Novak Djokovic et Andy Murray, et non plus moi. J’ai conscience de mon nouveau rôle.» Sans pression, il revient à Melbourne et remporte ce dix-huitième titre après lequel il ne courait plus.

2017: non à la terre battue

Le monde est à ses pieds et lui s’éclipse. En pause depuis le début du mois d’avril, il décide finalement de renoncer à l’intégralité de la saison sur terre battue. Tant pis pour les sponsors, tant pis pour les fans, tant pis pour la Race et, s’il le faut, tant pis pour la place de numéro un mondial. Federer renonce à toutes ces chimères. Comme toujours, le long terme prime sur le gain immédiat. Durer est sa seule obsession. «Ce fut une décision très dure à prendre», a déclaré son entraîneur Severin Lüthi. S’il en fut convaincu, Roger Federer l’a prise sans état d’âme.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL