Roger Federer a pris tout le monde de court jeudi matin. Sur son compte Twitter, le Bâlois a annoncé avoir été opéré la veille (mercredi 19 février) du genou droit et a prévenu de son absence en compétition jusqu’à la fin du mois de juin. Il manquera donc Roland-Garros et espère être rétabli pour Wimbledon.

La surprise a été totale parce qu’avant ce message, Roger Federer n’avait jamais signalé que «[son] genou droit [le] gênait depuis quelque temps». C’est un trait typique de sa façon de faire: il déteste donner des indications sur sa santé, et ainsi avoir l’air de se chercher des excuses après une défaite. «J’espérais que la douleur passe mais après examen médical et discussion avec mon équipe, j’ai décidé de subir une arthroscopie en Suisse hier», révèle-t-il. Simple «nettoyage» ou préalable à une opération plus importante? Avec lui, impossible de savoir et donc inutile de spéculer.

Lire aussi: «Mon rêve serait d’être un jour aussi connu pour ma fondation que pour le tennis»

Un tournoi en sept mois

Selon lui, «les médecins ont confirmé que c’était la bonne décision et sont très confiants sur [son] rétablissement complet.» Federer ne fera donc pas son retour la semaine prochaine à Dubaï, manquera Indian Wells et Miami, reporte une nouvelle fois son exhibition à Bogota (déprogrammée en novembre en raison de tensions sociales en Colombie) et surtout est d’ores et déjà forfait pour Roland-Garros.

Dans quelle forme reviendra-t-il à Wimbledon? Sera-t-il régénéré mentalement et tranchant comme en janvier 2017 à Melbourne après sa première opération (de l’autre genou)? Ou en manque de compétition et émoussé comme à Wimbledon en 2018? Federer, qui n’a disputé qu’un tournoi depuis la mi-novembre (l’Open d’Australie, battu en demi-finale par Novak Djokovic), devrait redescendre au 7e ou 8e rang mondial ces prochains mois.