Battu le 30 janvier par Novak Djokovic en demi-finale de l’Open d’Australie, Roger Federer avait tout de même une raison de se réjouir. Il était libre désormais de concrétiser un projet préparé depuis des mois et espéré depuis des années: jouer en Afrique du Sud, le pays de sa mère et dont il possède la nationalité. En salle de presse, dans la nuit de Melbourne, cette perspective lui redonnait même le sourire. «Finalement, cela va arriver… C’était un rêve depuis de très longues années. Je suis sûr que cela sera très, très particulier.»

Vendredi 7 février, à partir de 19h30 (même heure en Suisse), le Bâlois disputera un match exhibition contre Rafael Nadal au Cap. Pour cette grande première sur le continent africain, les 48 000 billets se sont vendus en quelques minutes. «Nous avons veillé à ce qu’il y ait des tarifs accessibles pour tout le monde, et pas seulement pour les riches, précise Federer. Le but est d’abord de vivre un grand moment, tous ensemble.» Ce record de rapidité est aussi un nouveau record du monde pour un match de tennis, mieux que les 42 517 recensés en novembre 2019 à la Plaza de Toros à Mexico, pour une exhibition entre Federer et Alexander Zverev. Même dominé par Nadal et Djokovic, Roger Federer demeure un phénomène unique dans le tennis mondial.