Il est presque 19h, des milliers de spectateurs sortent de la Rod Laver Arena par l’une de la vingtaine de portes à battants, chacune gardée par un stewart et surmontée d’un numéro en lettres jaunes et d’un écran de contrôle. Ils accèdent à une galerie circulaire comprenant des boutiques, des buvettes, un vaste hall avec un escalier mécanique. Ils sont hilares, émus, estomaqués. Quel que soit le sentiment qui les anime, ils ressentent le besoin impérieux de le faire partager autour d’eux.