Tennis

Roger Federer vainqueur par K.-O.

Le Bâlois a d’abord étourdi son adversaire, le jeune Sud-Coréen Hyeon Chung, avant de le voir abandonner à 6-2 5-2 30-30. Federer n’est plus qu’à une victoire de son vingtième titre en Grand Chelem

L’issue ne faisait aucun doute mais la chute a surpris tout le monde. Mené 6-1 5-2, le Sud-Coréen Hyeon Chung a subitement abandonné à 30-30 sur son service. Ce sont des choses qui ne se font pas en tennis; jouer deux points de plus, quitte à perdre volontairement son service et le second set, aurait constitué une fin un peu plus digne.

«Je suis très heureux d’être de nouveau en finale, mais pas comme ça», a réagi Roger Federer, presque en direct, au micro de Jim Courier sur le court de la Rod Laver Arena, alors que Chung venait de quitter précipitamment les lieux. Sans doute lui-même un peu surpris, Federer n’eut pas le cœur à enfoncer son jeune adversaire. «Il ne faut pas oublier qu’il a fait un tournoi superbe, avec des victoires impressionnantes sur Zverev et Djokovic. Ce sera certainement un grand joueur.»

Lire aussi: Pourquoi Federer est si rarement blessé

Finale dimanche

Roger Federer retrouvera dimanche en finale le Croate Marin Cilic, lui aussi vainqueur assez expéditif (la veille) de l’autre révélation du tournoi, le Britannique Kyle Edmund. Si Cilic et Federer ne sont pas blessés, la finale sera très indécise. Les deux joueurs s’étaient déjà affrontés en finale de Wimbledon. Victime d’une ampoule au pied, le Croate n’avait pas abandonné mais n’était pas totalement en mesure de défendre ses chances et s’était effondré psychologiquement.

«En fait, ce n’est pas notre dernier match ensemble, a révélé Roger Federer. Durant nos vacances, nous nous sommes retrouvés tous les deux par hasard aux Maldives et comme chacun de nous avait besoin d’un partenaire, nous nous sommes entraînés ensemble.» Le monde est petit mais Roger Federer sera (encore plus) grand s’il remporte dimanche la finale. Il s’agirait de son vingtième titre du Grand Chelem. Un record pour l’histoire.

Lire également: «Etre nerveux, ça prouve que tu vis»


«Federer est clairement favori»

Heinz Günthardt, ancien joueur, consultant pour la SRG

Le Temps: Roger Federer se présente en finale sans avoir été véritablement bousculé. N’est-ce pas un handicap alors qu’il s’attend à un match difficile contre Marin Cilic?

Heinz Günthardt: C’était déjà le cas l’an dernier à Wimbledon et il a gagné le tournoi. Il a l’expérience, face à un adversaire qu’il connaît très bien, et il sera tout frais.

– Doit-il craindre son adversaire?

– Cilic frappe très fort, fait beaucoup de coups gagnants et peut être dangereux en retour. Donc c’est un joueur contre lequel Roger ne pourra pas tout contrôler. Par contre, il ne défend pas très bien et, s’il n’est pas dans un bon jour, son niveau peut baisser rapidement. On cite toujours son exceptionnel US Open en 2014 [son seul titre du Grand Chelem] mais il n’avait jamais aussi bien joué avant et n’a pratiquement plus jamais aussi bien rejoué après.

– Quelles sont les armes de Federer?

– Le service est la base de ses succès. Il sert tellement bien ici qu’il est pratiquement impossible à breaker. Sa deuxième balle est extrêmement précise. Pour moi, il est grand favori. Clairement. Il bouge tellement bien, alors que les autres sont blessés…

– De nombreux joueurs souffrent d’ampoules aux pieds. Comment l’expliquer?

– Cette surface est très mauvaise pour les pieds. Cela fait des années qu’on le dit. Les gens ont oublié mais, lorsque je jouais, tous les tournois d’été se disputaient sur terre battue, jusqu’à l’US Open. Les surfaces en dur étaient l’exception; aujourd’hui, elles sont devenues la norme.

Lire aussi: Martina Navratilova: «Il y a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond dans le tennis»

Publicité