Tranquille, peinard et relâché. C'est ainsi que Roger Federer s'est qualifié vendredi soir pour les demi-finales des Swiss Indoors. Attendu au tournant après deux premières prestations en demi-teinte, le Bâlois n'a fait qu'une bouchée de Simone Bolelli (6-2 6-3) en 1h01 - il faut dire que l'Italien est complètement passé à côté de l'événement. «J'étais heureux de jouer contre un tel champion, mais ça a été dur», résume le perdant. «J'étais peut-être un peu tendu, j'ai voulu trop en faire, je n'ai pas bien joué et Roger est toujours Roger.»

Double tenant du titre entre ses murs, Federer visera donc la passe de trois ce week-end, face à une concurrence intégralement hispanique. Il lui faudra d'abord venir à bout de Feliciano Lopez, gaucher né à Tolède voilà 27 ans et 39e joueur mondial, afin de se donner l'occasion d'affronter le vainqueur du derby argentin entre David Nalbandian et Juan Martin Del Potro. Les statistiques inspirent confiance, puisque le Rhénan a remporté les six rencontres qui l'ont opposé à l'Espagnol depuis leur premier rendez-vous en 2003 à Wimbledon. Mais Lopez, qui n'a pas perdu sa mise en jeu depuis le début du tournoi, est sorti debout (6-4 7-5) d'un splendide quart de finale contre James Blake.

Prudence est de mise, donc: «Je vais devoir me méfier, parce qu'il ne cesse de faire des progrès et qu'il possède un service incroyable. En indoor, ce ne sera pas facile de le lui prendre et il faudra peut-être passer par des tie-breaks», explique Federer, faisant allusion aux difficultés qu'il avait connues face au même adversaire, l'an passé en huitièmes de finale de l'US Open. «Je me sens de mieux en mieux au fur et à mesure que le tournoi avance, ce qui est tout à fait normal», conclut le Bâlois.